L HARMATTAN EDITIONS

  • Jacques Richard, réalisateur d'une cinquantaine de films, dont Ave Maria, Le fantôme d'Henri Langlois et L'orpheline avec en plus un bras en moins, s'est prêté au jeu d'un exercice de style imaginé par Vincent Mengin-Lecreulx : un monologue-marathon ininterrompu sur ?sa vie et son ½uvre?. Filmé sur l'île de la Réunion en 2012-2013, entre portrait et autoportrait, entre documentaire et animation, Jacques Richard se raconte dans un taxi parisien qui roule dans les rue de New York, puis dans un avion long courrier qui le ramène à Paris, le tout illustré avec des images de ses propres oeuvres.

  • 1947. Contre toute attente, dans une France exsangue d'après-guerre, un jeune créateur impose sa vision de la femme et de l'élégance au monde entier. Christian Dior devient rapidement un mythe. Il redonne à la mode française la place prédominante qu'elle avait avant le conflit. Celui qui en dix ans a totalement transformé le visage de la Haute Couture ne correspond pourtant pas à l'image habituelle du créateur de mode extraverti et débridé. Christian Dior est un homme simple, classique et d'apparence réservée, mal à l'aise vis à vis de son double mondain.Son enfance à Granville, l'image de sa mère, sa passion des fleurs et de l'architecture ont été autant d'influences majeures et ont fini par le réconcilier avec son double, peu avant sa mort prématurée en 1957.

  • Jean Rouch est confronté à une succession d'objets qu'il commente sur le vif. Un drapeau du Niger, une boîte de Banania, un Nagra, un pantalon, des photos de tournage... lui donnent l'occasion de parler de l'Afrique, d'Hergé, de la Nouvelle Vague, d'Henri Langlois, de Jean Genet, et autres habitants de son musée imaginaire. Un inventaire insolite qui livre un portrait en forme de puzzle de Jean Rouch, cinéaste et ethnologue.

  • "L'Art, c'est se perdre dans les châteaux du rêve (entretien avec Philippe Garrel III)" et "L'oeuvre d'art est utile car elle protège notre liberté (entretien avec Philippe Garrel IV)" sont les captations sonores, réalisées les 13 et 18 juin 1982, des deux derniers des quatre entretiens que Gérard Courant a eus en 1982 avec Philippe Garrel. Ces films font partie des "Carnets filmés" que Courant tourne depuis le milieu des années 1970 et qui sont une sorte d'équivalent au journal en littérature. Garrel parle de son cinéma ("Le Bleu des origines", "La Cicatrice intérieure") et de celui des autres (Godard, Eustache, Akerman, Warhol). Courant a illustré ensuite ces rencontres sonores d'images abstraites, de nombreuses photos, affiches, programmes et extraits de films de Garrel dans un patchwork inventif et expérimental.

  • Ces trois épisodes des "Carnets filmés" de Gérard Courant, tournés lors des 24èmes Rencontres cinéma de Manosque avec Luc Moullet sont, en grande partie, des captations de six débats publics : trois avec Luc Moullet autour de ses films "Une aventure de Billy le Kid", "Parpaillon", "La Terre de la folie", un avec Eric Pauwels autour de "Les films rêvés", un avec Jeon Soo-Il autour de "La Petite fille de la terre noire" et un avec Patricio Guzman autour de "Nostalgie de la lumière".

empty