Cinéma expérimental

  • My new picture

    Bonello Bertrand

    « Ce n'est pas une musique de film mais, pour moi, un film à part entière. Si je le revendique comme tel, ce n'est pas une simple figure de style, mais réellement comme ça que je l'ai conçu et que je le ressens. On a souvent dit que je faisais des films de musicien. Là, ce serait un album de cinéaste. Je voulais que la narration ne soit que musicale. Un film pour les oreilles, disait Zappa. » Bertrand Bonello

  • Claudine Eizykman, figure majeure du cinéma expérimental en France depuis les années 1970, a réalisé à partir de VW Vitesse Women, (prix du jury de sélection du Festival du Film Expérimental de Knokke en 1975), une série de films éblouissants et profondément originaux qui ont renouvelé une esthétique alors dominée par les films structurels de Snow, Sharits, Kubelka.
    Ce coffret réunit l'intégrale de ses films argentiques réalisés de 1969 à 1981, et un complément inédit sur la revue multicolore Melba, fondée et dirigée par Claudine Eizykman.

  • "Peintre de la transversalité" selon son ami Félix Guattari, Jean-Jacques Lebel (né en 1936) développe depuis les années 1950 une inclassable pratique. À la fois artiste et activiste, * auteur de happenings et organisateur d'événements, écrivain et éditeur, il est en France l'un des plus importants "passeurs" de la seconde moitié du 20ème siècle. -Alexandre Mare, Art Press Les happenings organisés en Europe, dans les années précédant Mai 68, par mes amis et moi, contrairement à ceux de nos correspondants d'outre-Atlantique, se sont soulevés contre l'ordre moral, contre la dictature de la marchandise, contre toute autocensure en matière de sexe et de politique. Nous avons tourné le dos au marché de l'art et à tout académisme, fût-il " engagé ". Nous voulions dire et faire autre chose, autrement. Et nous l'avons fait. -Jean-Jacques Lebel En décembre 1967, le Festival International du Film Expérimental de Knokke-le-Zoute - EXPRMNTL 4 - créé par Jacques Ledoux, était une expérience unique. Mêlant films, performances et tables rondes, il fut rapidement transformé par des vagues de dissidence, des manifestations et des débats, aboutissant à un happening spontané de Jean-Jacques Lebel. De rares documents cinématographiques de Claudia von Alemann et Jud Yalkut jettent un éclairage précieux sur l'atmosphère énergique de ces événements tapageurs, juste avant mai 68.

  • Maya Deren - experimental films

    • Re:voir
    • 30 Septembre 2010

    3 courts métrages de Maya Deren.

  • Lorsqu'un jour nous avons demandé à Jonas Mekas quels films nous devrions éditer en DVD, il a répondu sans hésitations : "Les home-movies de Taylor Mead". C'était suffisant pour attiser notre curiosité. Mead, "la première star du cinéma underground", est connu en tant qu'acteur, clown et improvisateur mais ses propres films sont rarement projetés. Témoignages fascinant de l'underground new-yorkais, dans lequel Mead fait lui-même le pitre, sa façon de filmer au style percutant ainsi que son sens de l'humour font de ces films un aperçu précieux et un produit de la culture avant-garde du milieu des années 1960 - filmé sur de la Kodachrome époustouflante. - Pip Chodorov, Re:voir En 1964, avant que Warhol ne devienne une méga star du pop art, il invita Mead à faire un road trip en Californie pour le vernissage d'une exposition dans une galerie. Ils finirent par réaliser Tarzan et Jane Regained... Sort Of, une parodie des films d'aventure hollywoodiens qui devint le premier long métrage en partie scénarisé de Warhol. Le film avait pour vedette Mead dans le rôle d'un Tarzan hollywoodien qui s'ébattait avec une Jane nue dans une baignoire du Beverly Hills Hotel, s'entraînait sur Venice Beach et faisait un concours de gros biceps avec un Tarzan rival joué par Dennis Hopper. Mead est apparu dans à peu près 10 films de Warhol au cours de la décennie suivante, y compris une oeuvre étrange de 76 minutes mettant en scène son arrière-train nu. Se qualifiant lui-même de "vagabond des arts", Mead a également joué sur scène, remportant un Obie Award en 1963 pour sa performance dans la pièce de Frank O'Hara The General Returns From One Place to Another. - Elaine Woo, LA Times

  • Le Grand cirque Calder 1927 1927, c est comme son nom ne l'indique pas, un cirque miniature. Ce "film de copain" de Jean Painlevé est le premier tourné sur le célèbre cirque que Calder fabrique à Paris entre 1926 et 1931. C'est aussi le plus complet avec un total de vingt-huit attractions. Painlevé veut donner du cirque "la vision d'un spectateur, moyennement placé", d où l'économie de gros plans, de mouvements de caméra. Peu orthodoxe, ce parti pris de tourner un "document" n'a pas toujours été compris à l'époque. Painlevé proposa à Calder de retravailler le film, d'en faire un "vrai" documentaire en insérant des prises de vue de spectateur.

  • Oeuvre majeure du cinéma lettriste, Le film est déja commencé ? fut un véritable événement lors de ses premières projections à Paris en 1951. Malgré le mépris des critiques à son égard, l'influence explicite et implicite de ce film sur la Nouvelle Vague autant que sur la création cinématographique actuelle en fait un jalon important de l'histoire du cinéma.

  • Jeff Scher : reasons to be glad

    • Re:voir
    • 21 Janvier 2011

    Jeff Scher est un peintre qui réalise des films expérimentaux et un cinéaste expérimental qui peint. Son travail fait partie de la collection permanente du musée d'art moderne et du musée Hirshhorn, et a été projeté au musée Guggenheim, au centre Pompidou à Paris, au musée d'art moderne de San Francisco et dans de nombreux festivals de cinéma à travers le monde y compris la soirée d'ouverture au New York Film Festival. M. Scher a également présenté deux expositions individuelles de ses peintures, qui ont également été incluses dans de nombreuses expositions collectives dans des galeries de New York. De plus, il a créé des films pour HBO, HBO Family, PBS, Sundance Channel entre autres. M. Scher enseigne des cours de troisième cycle à la School of Visual Arts et au programme d'animation du Kanbar Institute of Film & Television de la NYU Tisch School of the Arts. Il vit à Brooklyn avec sa femme et ses deux fils.

  • Plunge

    Ostrovsky Vivian

    • Re:voir
    • 12 Avril 2019

    Le cinéma de Vivian Ostrovsky est un acte de résistance culturelle, intime et humoristique, un geste qui implique que le corps entier s'engage dan le processus filmique, lors de ses voyages autour du monde avec sa caméra et son matériel en cadrant les images par l'oeil-caméra. Elle cherche dans ses images d'archives personnelles des gestes cinématographiques réalisés par d'autres avant elle, pour les monter de façon ludique avec ses propres clichés Super 8. Le multiculturalisme et le multilinguisme s'entrelacent alors dans une même poétique du déplacement. Contient "Ice/Sea" (2005, 32') ; ""Uta Makura (Pillow Poemes)" (1995, 20') ; "U.S.S.A." (1985, 12') ; "Eat" (1998, 16') ; "American International Pictures" (1997, 5') ; "Work And Progress" (1999, 12') ; "Tatitude" (2009, 4') ; "Public Domain" (1996, 13') ; "Allers-venues" (1984, 14') ; "Losing The Thread" (2014, 9') ; "Movie (V.O.)" (1982, 9') ; "The Title Was Shot" (2009, 9') ; "Wherever Was Never There" (2011, 7') ; "P.W. Painterbrushes And Panels" (2010, 16') ; "CORrespondência e REcorDAÇÕES" (2013, 12') ; "Copacabana Beach" (1983, 10').

  • Anticipation of the night

    Brakhage Stan

    • Re:voir
    • 31 Octobre 2017

    Anticipation of the Night, suit les pérégrinations d'un individu se débattant dans un réseau de signes visuels, témoignage de la recherche par Stan Brakhage, d'une vision sauvage du monde, hors des conventions de l'éducation. Le cinéaste développe ici un langage qui, s'il tente de saisir par une succession de surimpressions, d'images filées, de croisements de temps et d'émulsions diverses, cette vision originelle, n'en constitue pas moins à son tour une démarche structurée, dotée de ses propres règles.

  • Les films de Man Ray

    Né à Philadelphie en 1890, Man Ray s'installe à Paris en 1921, pour se joindre au mouvement Dada. Artiste de génie et expérimentateur radical, il gagne un immense succès critique par son travail photographique. Dans les années vingt, Man Ray réalise quatre films qui, bien que largement méconnus du grand public, feront de lui une figure majeure du cinéma d'avant-garde. Son cinéma sera aussi radical que ses images et ses objets.

  • Electronic wal-paper

    La répétition et la modification progressive de deux images offrent une expérience inédite. L'oeuvre se déploie dans le temps, renouvelée en permanence, accompagnées par des boucles et des samples de musique électronique composée par Mami Chan et Norman Bambi. EWP, c'est également un logiciel qui permet de réaliser ses propres expériences.

  • Le mouvement des images, un des grands accrochages thématiques de la collection du Musée national d'art moderne, s'articule autour de la question du cinéma et de son influence sur les problématiques de l'art moderne et contemporain.

  • Rose Lowder est née en 1941, à Miraflores, près de Lima au Pérou. Après des études en peinture et en sculpture dans des ateliers et des écoles d'art, à Lima et à Londres, elle travaille comme artiste plasticienne tout en étant monteuse dans l'industrie cinématographique. A partir de 1977, elle concentre ses recherches sur l'aspect visuel du processus cinématographique et s'interroge sur la perception. Elle est co-fondatrice d'une collection de films et de documents, les Archives du Film Expérimental d'Avignon (AFEA), et a enseigné à l'Université de Paris I.

  • M. M. Serra - (art)core

    Serra. M. M.

    • Re:voir
    • 29 Juillet 2020

    Ce DVD contient 15 courts-métrages de MM Serra:

    Darling International 1999, 16mm, n&b, 22 min
    Bitch Beauty 2011, 16mm, couleur, 7 min
    enduring ornament 2015, 16mm numérisé, couleur, 14 min
    Mary Magdalene 2017, Super8/16mm/vidéo, couleur, 5 min
    real to reel Mama 1982, 16mm, couleur, 20 min
    Chop off 2008, Super8/16mm/ vidéo,couleur, 6 min
    Double Your Pleasure 2002, 16mm, n&b, 4 min
    Jack Smith's apartment 1990, VHS numérisé, couleur, 8 min
    L'amour Fou 1992, 16mm, couleur, 17 min
    eye etc 1982, 16mm, couleur, muet, 5 min
    Turner 1987, 16mm, couleur, 3 min
    Framed 1984, 16mm, couleur, 1:30 min
    Nightfall 1984, 16mm, couleur & n&b, 1:30 min
    NYC 1985, 16mm, couleur & n&b, 1 min
    PPII 1986, 16mm, couleur, 1 min
    />

  • Joost Rekveld 11 films

    Rekveld Joost

    • Re:voir
    • 7 Janvier 2019

    "Depuis le début des années 1990, l'artiste visionnaire Joost Rekveld explore les profondeurs et les horizonsde l'expression optique, au croisement de la technologie et des phénomènes naturels, produisant une oeuvreétonnante, d'une hypnotisante abstraction. à l'ingéniosité et la facilité remarquable avec lesquels ses machines, souvent de sa propre conception, produisent des images, les films de Rekveld allient une théorie et une approche radicalement inventive de la forme, du mouvement et de la perception. En résulte une oeuvre en expansion incroyablement diverse, marquée par une grande rigueur formelle, des images à couper le souffle, et une poésie visuelle et auditive riche et expressive."- LA Film Forum

  • Ce DVD contient la plupart des vidéos, essais et courts métrages de Philippe Decouflé. Depuis "La voix des légumes", réalisé en 1982 avec des bouts de ficelle, jusqu'au "Le p'tit bal perdu" petit bijou en 35 mm, cet ensemble retrace en pointillés 20 ans de recherche cinémato-chorégraphique débridée. On y trouve aussi huit leçons de danse, des extraits d'"Iris", la bande annonce d'un film qui n'existe pas, une encyclopédie imaginaire, et pas mal d'autres choses difficilement qualifiables. Il inclut aussi quelques films des complices de Philippe, Olivier Simola et Christophe Waksmann.

empty