• Un essai très illustré sur une période mythique du cinéma américain : les années 70. Une décennie-clé, pendant laquelle les plus grands cinéastes, tels que Scorsese, Coppola ou De Palma tournent leurs premiers films : Taxi Driver, Apocalypse Now, Carrie... qui traduisent une grande liberté créatrice, et marquent les débuts d'une nouvelle génération d'acteurs tels que Robert De Niro, Al Pacino, Faye Dunaway ou Gena Rowlands.

  • Sixième titre de la collection « Mode d'emploi », Cinéma hier, aujourd'hui, demain, conçu à la manière d'un guide, proposera une approche du cinéma sous plusieurs angles, à la fois historique, sociologique et esthétique.
    Il donnera des clés pour comprendre mieux les courants actuels et les références cinématographiques qui nourrissent les films d'aujourd'hui ainsi que les nouvelles tendances, l'influence des jeux vidéo, de la 3D, etc.
    Ludique et didactique, en toute fidélité à la collection, il proposera des entrées sous forme de grandes questions, défera les idées reçues et, bien sûr, dressera le portraits des trente cinéastes les plus marquants des XXe et XXIe siècles.
    Plus de 200 illustrations de sources variées viendront appuyer les propos de l'auteur comprenant des photos de films, de tournages et des principaux événements, (festivals).

  • 22 novembre 1963 : John F. Kennedy est assassiné à Dallas. À l'aide d'une caméra Super 8, Abraham Zapruder filme l'événement et l'explosion du crâne du président. Vingt-six secondes au cours desquelles l'Amérique bascule. Ce film spectaculaire, censé détenir la vérité d'un événement dont les exégèses s'avéreront inefficaces, porte alors un coup fatal au principe de transparence sur lequel est fondé le cinéma hollywoodien classique. C'est toute l'idéologie du visible, supposant l'adéquation parfaite entre la visibilité et la compréhension, qui se trouve remise en question.
    Rapidement, le film de Zapruder devient l'emblème d'une innocence perdue et l'un des foyers majeurs de l'histoire des images au XX e siècle.
    Il contraint ainsi le cinéma américain à inventer de nouvelles formes, repérables aussi bien dans les films d'Arthur Penn, de Brian De Palma et de Clint Eastwood que dans le film d'horreur réaliste, dont il fut l'incontestable source. Quel rôle le cinéma a-t-il joué depuis, dans la fabrication de l'histoire américaine et de sa mythologie ?
    11 septembre 2001 : les deux tours du World Trade Center s'effondrent, sous les mille yeux des caméras de télévision. Un cycle s'achève. En quoi ces deux événements sont-ils jumeaux ? De quelle singularité américaine sont-ils dépositaires?

  • Avril 2010. Le cinéaste américain Michael Cimino - Voyage au bout de l'enfer (1978), La Porte du Paradis (1980), L'Année du dragon (1985), Le Sicilien (1987)... - accepte une rencontre à Los Angeles avec le critique de cinéma Jean-Baptiste Thoret. Lors de cet entretien, le réalisateur lui propose alors un voyage à la recherche de « son Ouest ».
    Partir sur la route avec Michael Cimino, c'est se lancer dans un road movie de 2500 miles, de Los Angeles aux Rocky Moutains du Colorado, à travers les collines pelées du désert Mojave, Las Vegas, les ocres des buttes du Nevada, les premières neiges du Colorado et les stations services perdues au creux de l'americana...
    Cimino évoque dans ce livre unique ses débuts de cinéaste, sa passion de l'architecture, son amour de Ford, réagit aux lieux traversés, revient sur ses films, mais aussi ses projets avortés, ces nombreux scénarios écrits, puis ce silence que lui impose depuis quinze ans l'industrie hollywoodienne...

  • On appelle « New Hollywood » cette jeune génération politisée de réalisateurs, notamment par la guerre du Vietnam, qui a pris d'assaut à la fin des années 60 les inaccessibles grands studios d'Hollywood. Ce véritable essai en bande dessinée nous éclaire sur cet âge d'or et revient sur les points communs qui lient les oeuvres de Scorsese, Coppola, Altman, Peckinpah, Romero, Woody Allen et bien d'autres.

  • À la fois témoin de l'Amérique et de son cinéma depuis la fin des années 1960, et passeur d'une tradition hollywoodienne dont il constitue l'un des plus brillants exégètes, tel est Peter Bogdanovich.
    Ce livre se compose de deux parties. La première est un court essai introductif, où il s'agit de cerner les thèmes et le style de l'une des oeuvres les plus passionnantes du cinéma américain.
    La seconde constitue le coeur du livre, son projet, soit une longue conversation de plusieurs dizaines d'heures, menée de 2009 à aujourd'hui. Les débuts, l'aventure critique, ses rencontres avec Ford, Wells ou Hawks, le statut de jeune prodige du cinéma américain, ses déboires avec Hollywood, ses drames personnels (l'assassinat de Dorothy Stratten), Mask, sa renaissance, l'évolution d'Hollywood.

empty