• The Brig

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    "Ce film n'est pas l'adaptation de la pièce The Brig interprétée par le Living Theatre , mais une captation sauvage d'une de leurs représentations. Cette pièce raconte avec âpreté et réalisme l'entraînement des marines. Le film a été tourné en une après-midi. J'ai voulu appliquer les techniques de ce que l'on appelle le cinéma vérité, à une représentation théâtrale. Je voulais, peut-être, ébranler, quelques mythes et mystifications du cinéma vérité : qu'est ce qui est vrai au cinéma ?" Jonas Mekas.

  • The Sixties Quartet

    Mekas Jonas

    • Re:voir
    • 17 Décembre 2012

    SCENES FROM THE LIFE OF ANDY WARHOL: FRIENDSHIPS AND INTERSECTIONS, 1990, 35'

    Jonas Mekas est connu pour ses rapides journaux filmés. Ses Scenes from the Life enregistrent non seulement Andy Warhol, mais aussi l'excitation sociale et culturelle qui tourbillonait autour de lui, palpitant aux rythmes hypnotiques du Velvet Underground.

    ZEFIRO TORNA OR SCENES FROM THE LIFE OF GEORGE MACIUNAs, 1992, 35'

    « Bouts d'événements et de performances de Fluxus, et pique-niques avec des amis (Almus, Andy Warhol, John Lennon, Yoko Ono, etc.), le mariage de George et des séquences que j'ai prises de lui à l'hôpital de Boston trois jours avant sa mort. » - -J.M.

    HAPPY BIRTHDAY TO JOHN, 1995, 24' avec JOHN LENNON AND YOKO ONO

    « Le 9 octobre 1972, la moitié du monde de la musique s'est réunie à Syracuse, N.Y., pour fêter l'ouverture du John Lennon/Yoko Ono Fluxus show, une création de George Maciunas. Le même jour, un groupe, plus petit, s'est réuni dans la chambre d'un hôtel pour fêter l'anniversaire de John. » - J.M.

    THIS SIDE OF PARADISE, 1999, 35' avec JACKIE, CAROLINE AND JOHN KENNEDY JR

    «J'ai eu la chance de pouvoir passer plusieurs étés en compagnie de Jackie Kennedy, de sa soeur Lee Radziwell, de leur famille et de leurs enfants. Le cinéma constituait une part intégrale, inséparable et à vrai dire un élément-clé de notre amitié. »
    - J.M.

  • Reminiscences of a Journey to Lithuania

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    Jonas et Adolfas Mekas sont arrivés en Amérique en 1949 en tant que réfugiés politiques, anciens prisonniers des camps de travail allemands, exilés de leur village natal en Lituanie. Recherchés par la police soviétique, ils avaient été contraints de quitter leur foyer des années plus tôt, pour n'y revenir que 27 ans plus tard. Reminiscences of a Journey to Lithuania est le témoignage fascinant de la division d'une famille et de ses retrouvailles longtemps reportées.

  • Lost Lost Lost

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    "A travers ces six douloureuses bobines, j'ai essayé de décrire les sentiments d'un exilé, mes sentiments pendant ces années-là. Le film décrit l'état d'esprit d'une "personne déplacée" qui n'a pas encore oublié son pays natal mais qui n'en a pas encore "trouvé" un nouveau. La sixième bobine est une transition, elle montre comment nous commençons à respirer, à trouver quelques moments de bonheur. Une nouvelle vie commence.". Jonas Mekas.

  • Short Film Works

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    Cette compilation réunit des films courts extrêmement variés réalisés par Jonas Mekas entre 1949 et 2002. Tour à tour drôle, subversif, cocasse, ironique, fondamentalement libre, on retrouve dans ce panorama ce regard brillant et acéré, lumineux, qui fait de Jonas Mekas beaucoup plus qu'un cinéaste : un amoureux de la vie et des hommes qu'il embrasse avec sa caméra et dont les montages chantent l'éternité.

  • A Letter from Greenpoint

    Mekas Jonas

    • Re:voir
    • 4 Juillet 2013

    « En février 2004, après trente ans passés à SoHo, j'ai décidé de quitter le quartier pour m'installer à Greenpoint, à Brooklyn. Cette vidéo est sur ce que l'on ressent en quittant un lieu où on a passé plus de temps que n'importe où ailleurs, et qui était aussi celui de ma vie en famille. Je suis ailleurs maintenant. C'est une vidéo sur la création de racines dans un nouveau lieu, une nouvelle maison, avec de nouveaux amis, de nouvelles pensées et expériences.

    C'est aussi une vidéo sur la vidéo. Lorsque en 1949, j'ai commencé à filmer avec ma Bolex, il m'a fallu quinze ans pour la maîtriser de telle sorte qu'elle fasse pour moi tout ce que je voulais. Quand en 1987, j'ai acheté ma première caméra Sony, j'ai pensé que ce serait différent. Mais non. C'est seulement aujourd'hui, après avoir travaillé quinze ans avec, que je sens qu'elle est devenue une extension de mon oeil, de mon corps. A Letter from Greenpoint est donc mon premier travail vidéo abouti. »

    - J. M.

  • Coffret Jonas Mekas - Diaries, Notes and Sketches (vol. 1-8) Nouv.

    Ce coffret réunit les « journaux filmés » de Jonas Mekas (1922-2019). Dans ce cine´ma personnel qui consiste à filmer la vie à la volée, Mekas travaille sans scénario comme dans une prise de note en image de ce qui l'entoure. Il filme de manière quasi-quotidienne et accumule les bobines de 30 mètres (2'30»), montant périodiquement, sélectionnant et regroupant bobines et fragments pour en faire ses films qui reflètent les différentes périodes de sa vie : New York de l'après-guerre avec les personnes déplacées comme lui-même ; en plein milieu des anne´es 1960, au coeur de l'avant-garde ; plus tard les retours en Lituanie à la fois doux et tristes. En filigrane, la famille, les amis et les choses simples de la vie laissent une trace sublime sur la pellicule, celle du temps qui ne cesse de courir mais que Jonas Mekas, en le filmant, rend à la réalité. À l'origine, Jonas Mekas avait pensé Diaries Notes and Sketches comme une oeuvre unifiée dans son style et dans sa continuité. Elle allait comporter un certain nombre de chapitres, Walden étant le premier à être monte et projeté, tandis que Lost Lost Lost ayant été tourné pendant les 15 ans qui le précèdent, n'allait être monté que sept ans plus tard. Mekas abandonna pourtant ce titre unique devant l'incompréhension des laboratoires de tirage cinématographique, et chaque film aura finalement son titre spécifique. Notre premier volume est Walden (tourné 1964/1968, monte´ en 1969), suivi par Lost Lost Lost tourne´ 1949/1963, monté en 1976. Nous avons associé Reminiscences of a Journey to Lithuania (tourné et monté en 1971) avec Paradise Not Yet Lost (tourné en 1977, monté en 1979). Puis vient une série de courts-métrage tournés entre 1963 et 1967, montés jusqu'en 1978. Volume 5 regroupe les portraits d'amis artistes (Andy Warhol, George Maciunas, Yoko Ono & John Lennon, et Peter Beard & la famille de John F. Kennedy) en quatre films tournés dans les années 1960 et 70, montés entre 1990 et 1999. Volume 6 réunit des films et vidéos qu'il fait entre 1991 et 2015 sur sa vie et son parcours. Les volumes 7 et 8 portent son film le plus long monté en 2000 (tourné entre 1974 et 1999) As I Was Moving Ahead Occasionally I Saw Brief Glimpses of Beauty, un poème épique sur sa vie de famille pendant ce dernier quart de siècle. Les éléments vidéo inclus sur ces disques sont tirés des derniers transferts de haute qualité des tirages de films les plus vierges disponibles. Certains de ces films sont inédits en format vidéo. Des cadeaux spéciaux sont inclus pour compléter les films et pour améliorer votre plaisir de visionnement chez vous.

  • "Le film est composé de 124 petits sketches,d'une durée de 30 secondes à deux minutes. Ce sont les portraits de gens avec lesquels j'ai passé du temps, des lieux, des saisons, des orages et des tempêtes de neige, des amis cinéastes et les rues et les parcs de New-York- brèves escapades dans la nature,hors de la ville- rien de spectaculaire... Célébrations de la vie qui s'enfuit à l'instant même et qui n'est retenue que dans ces sketches brefs et personnels." Jonas Mekas

  • Sleepless Night Stories

    Mekas Jonas

    • Re:voir
    • 28 Mai 2013

    Ce film vient de mes lectures des Mille et Une Nuits. Mais à l'inverse de ces contes arabes, mes histoires font toutes partie de la vraie vie, même si elles s'aventurent parfois ailleurs, au-delà de la routine quotidienne.
    Il y a quelques vingt-cinq histoires différ- entes dans ce film. Leurs protagonistes sont tous mes amis et j'en suis moi- même partie prenante, comme le conteur des Milles et Une Nuits.

    Vous reconnaîtrez certaines personnes, et pas les autres. Le fait que vous en con- naissiez certaines n'a aucune importance pour ces histoires : après tout, on recon- naît tous John Wayne ou Annette Bening, mais dans leurs histoires, ils ne sont plus ceux que nous connaissons.

    Les sujets de ces histoires couvrent un large champ émotionnel, géographique, des angoisses personnelles aux anec- dotes. Ce ne sont pas de grandes histoires pour le Grand Écran : ce sont toutes de grandes histoires personnelles... Et oui, vous y trouverez aussi quelques provocations... Mais ça, c'est moi, l'un de mes nombreux moi. La simple question « Qu'est-ce qu'une histoire ? » est une provocation.

  • Guns of the Trees

    Mekas Jonas

    • Re:voir
    • 17 Décembre 2012

    Quatre jeunes essaient de comprendre pourquoi leur amie, une jeune femme, s'est suicidée. Un film fait de scènes disjointes oscillant entre le passé et le présent. Le titre vient d'un poème de Stuart Perkoff qui raconte comment quelques jeunes (vers 1960) sentait que tout allait contre eux, même les arbres dans les parcs et dans les rues leur semblaient tels des armes braquant leur existence même.
    J. M.

  • Jonas Mekas - Coffret

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    Ce coffret réunit les oeuvres clefs de Jonas Mekas, l'un des plus prolifiques cinéastes d'avant-garde. Né en Lituanie en 1922, chassé par les armées soviétiques et nazies, Mekas arrive à New York avec son frère en 1949, après avoir passé quatre ans dans des camps de réfugiés en Allemagne. Il s'achète aussitôt une caméra 16mm et commence, au jour le jour, à filmer le monde qui l'entoure. Il s'impose en quelques années comme l'un des fers de lance de l'underground newyorkais. Il invente le journal filmé et affirme un style lyrique et profondément personnel, qui sublime le quotidien tout en témoignant de la solitude de l'exil, de l'oppression politique et des forces vitales de la poésie.

  • "Mes journaux filmés de 1970 à 1999. Cela couvre mon mariage, la naissance de mes enfants, on les voit grandir. Des images de la vie quotidienne, des fragments de bonheur et de beauté. Les voyages en France, Italie, Espagne et Autriche. Les saisons, comme elles passent à New York, la vie à la maison, la nature. Rien d'extraordinaire, rien de spécial, des choses que nous vivons tous au cours de notre vie. Il y a beaucoup d'intertitres qui reflètent mes pensées de l'époque. La bande sonore est constituée de musiques et de sons enregistrés pendant la même période que les images, avec des improvisations d'Auguste Varkalis au piano. Quelquefois, je parle dans mon micro pendant que je suis en train de monter, au présent, avec le temps qui a passé. Ce film est aussi mon poème d'amour dédié à New York, ses étés, ses hivers, ses rues, ses parcs." Jonas Mekas.

  • The brig

    Mekas Jonas

    • Potemkine films
    • 22 Janvier 2020

    "Ce film n'est pas l'adaptation de la pièce The Brig interprétée par le Living Theatre ; mais une captation sauvage d'une de leurs représentations. Cette pièce raconte avec âpreté et réalisme l'entraînement des marines. Le film a été tourné en une après-midi. J'ai voulu appliquer les techniques de ce que l'on appelle le cinéma vérité, à une représentation théâtrale. Je voulais, peut-être, ébranler, quelques mythes et mystifications du cinéma vérité : qu'est ce qui est vrai au cinéma ?" Jonas Mekas.

  • Quand Adolfas et Jonas Mekas arrivent à New-York en 1949, ils laissent derriière eux leur pays natal, la Lituanie, tiraillée entre deux occupants, les nazis et les soviétiques. Peu à peu la caméra devient leur moyen d'expression et le cinéma envahi leurs vies. 27 années passèrent avant qu'ils ne pussent retourner en Lituanie. C'est cette Odyssée, ce voyage de retour au pays, que ces trois films entremêlées retracent. Chaque cinéaste, les deux frères Mekas et Pola Chapelle, la femme d'Adolfas, est à la fois acteur et témoin. Les frères Mekas se retrouvent confrontés aux changements de leur famille et de leur patrie. Pola Chapelle est le regard extérieur qui vient embrasser ces retrouvailles. Ni lituaniens, ni new-yorkais, d'où sont-ils maintenant ? Jonas répondrait : «My Country is Cinema».

  • Walden

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    « Depuis 1950, je n'ai jamais cessé de tenir mon journal filmé. Je me promenais avec ma Bolex en réagissant à la réalité immédiate : situations, amis, New York, saisons. Certains jours, je tournais dix plans, d'autres jours dix secondes, d'autres dix minutes, ou bien je ne tournais rien... Walden contient le matériel tourné de 1964 à 1968 monté dans l'ordre chronologique.... » Jonas Mekas

empty