• Février 1956. Ceux qui allaient devenir les hérauts de la Nouvelle Vague britannique décident de se regrouper pour faire connaître leurs films : Lindsay Anderson, avec ses amis Karel Reisz, Tony Richardson et Lorenza Mazetti, présentent leurs courts-métrages au National Film Theatre de Londres. Le Free Cinema est né - mouvement fondateur de l'histoire du cinéma anglais, précurseur du réalisme social de la fin des années 50 et du début des années 60. La première programmation est si retentissante que cinq autres programmes Free Cinema vont suivre. Ce coffret présente les 11 films des trois programmes anglais du Free Cinema (les 3 autres ayant été consacrés à des cinéastes étrangers), 5 films tournés plus tard, mais clairement inspirés de ce mouvement, ainsi qu'un documentaire exclusif présentant des entretiens avec les réalisateurs de l'époque. Le Free Cinema se définit avant tout comme une vision nouvelle du métier de cinéaste tranchant avec l'orthodoxie conservatrice du cinéma dominant. Documentaires souvent produits grâce au BFI Experimental Fund, ces films racontent en toute liberté l'histoire des petites gens, leur quotidien, leurs loisirs et leur désarroi. En donnant la parole à ceux qui en sont le plus souvent privés, ces réalisateurs remettent en cause l'establishment et livrent un commentaire humain et poétique sur le monde qui les entoure.

  • Le Fantôme de Milburn

    John Irvin

    Responsables de la mort d'Eva Galli, une belle et riche héritière, dont la disparition n'a jamais été élucidée, Edward Wanderley, Ricky Hawthorme, Sears James et John Jaffrey, quatre notables de la petite ville de Milburn se retrouvent confrontés à leur passé lorsque le fantôme d'Eva revient pour réclamer vengeance en éliminant un à un les auteurs de sa disparition.

  • L'histoire vraie de l'assaut donné par la 101e division aéroportée américaine pour prendre la colline 937, dite colline Hamburger...

empty