• Corniche Kennedy. Dans le bleu de la Méditerranée, au pied des luxueuses villas, les minots de Marseille défient les lois de la gravité. Marco, Mehdi, Franck, Mélissa, Hamza, Mamaa, Julie : filles et garçons plongent, s'envolent, prennent des risques pour vivre plus fort. Suzanne les dévore des yeux depuis sa villa chic. Leurs corps libres, leurs excès. Elle veut en être. Elle va en être...

  • Ce coffret contient 2 films :
    - Grandir (O heureux jours !) :
    Pendant dix ans, Dominique Cabrera a filmé sa famille : des moments de peine et de joie, des naissances, des départs et des retrouvailles. Mais dans ce film élégiaque sur le temps qui passe, ses proches deviennent bientôt les acteurs d'un théâtre de vie, mêlant aux histoires personnelles, la marche grave et lente de l'existence.
    - Demain et encore demain :
    1995 : neuf mois durant, Dominique Cabrera a tenu ce journal poétique comme on tient un carnet de notes. Elle nous livre la confession intime et brûlante d'une femme de son temps, traversée par un questionnement politique et social.

  • Contient :

    - Chronique d'une banlieue ordinaire (1992, 56') :
    + Quelques mois avant la démolition de quatre tours au Val Fourré à Mantes-la-Jolie, Dominique Cabrera propose à d'anciens habitants de revenir sur leurs pas : ils racontent et se racontent...

    - Une poste à la Courneuve (1994, 54') :
    + Au bureau de poste de la cité des 4000 à La Courneuve, les jeunes postiers reçoivent de plein fouet le choc de la pauvreté de l'autre. Le jour des allocs, les habitants jouent une partition pleine de cocasserie, de révolte et d'humanité. On mesure ce qui unit et ce qui sépare les pauvres, précaires, sans emplois, des salariés ordinaires, tâchant d'assumer leur rôle de représentants d'un État qui se désengage.

    - J'ai le droit à la parole (inédit, 1981, 30') :
    + À Colombes, dans une cité de transit pratiquant la gestion personnalisée, l'amicale des locataires participe à l'élaboration et au suivi du chantier de rénovation des espaces extérieurs.

    - Un balcon au Val Fourré (1990, 43') :
    Dans la pénombre, des visages écoutent... Des voix, des cris, une femme pleure, un homme se souvient. Une tour vide se dresse, c'est la scène du spectacle La Tour d'Ahmed Madani.

    - Réjane dans la tour (1993, 15') :
    + Réjane fait le ménage dans une tour du Val Fourré. Au fi l des étages, elle confi e sa détresse intime et la solitude qui se profi le. Elle sourit pourtant, légère malgré tout.

    - Rêves de vill (1993, 26') :
    Le jour de la destruction des tours au Val Fourré. La réalisatrice mêle les discours officiels, le spectacle de la démolition, l'émotion des habitants et les commentaires d'un jeune vidéaste cherchant à capter l'instant de la chute.

empty