• Récréations

    Simon Claire

    • Blaq out
    • 3 Septembre 2019

    Il existe une sorte de pays, très petit, si petit qu'il ressemble un peu à une scène de théâtre. Ses habitants sont petits de taille. S'ils vivent selon des lois, en tout cas ils n'arrêtent pas de les remettre en cause, et de se battre violemment à ce propos. Ce pays s'appelle la Cour, et son peuple les Enfants. Lorsque les Enfants vont dans la Cour, on appelle ça Récréations.

  • Premières solitudes

    Claire Simon

    • Blaq out
    • 3 Septembre 2019

    Il s'agit d'un portrait d'un âge de la vie : 16 /18 ans. A cet âge-là, si on a de la chance on est au lycée, ici on est à Ivry et on discute entre les cours, même parfois pendant les cours. Assis dans le couloir ou dehors sur un banc ou sur le parapet avec vue sur la ville. Les jeunes gens dialoguent à deux ou à trois et ils découvrent leurs histoires respectives, celles dont ils héritent, de la famille, et ils parlent de leurs passions et de leurs solitudes. A cet âge-là chacun voit le moment où il faudra quitter la famille, quand elle existe... Et la fuir encore plus quand elle est toute cassée. Etre seul c'est bien et c'est mal. On cherche, on en discute.

  • Le Concours

    Claire Simon

    • Blaq out
    • 26 Septembre 2017

    C'est le jour du concours. Les aspirants cinéastes franchissent le lourd portail de la grande école pour la première, et peut-être, la dernière fois. Chacun rêve de cinéma, mais aussi de réussite. Tous les espoirs sont permis, toutes les angoisses aussi. Les jeunes gens rêvent et doutent. Les jurés s'interrogent et cherchent leurs héritiers. De l'arrivée des candidats aux délibérations des jurés, le film explore la confrontation entre deux générations et le difficile parcours de sélection qu'organisent nos sociétés contemporaines.

  • On aimerait y rester, mais il faut se dépêcher... Comme des milliers de vies qui s'y croisent, Ismaël, Mathilde, Sacha et Joan vont s'y rencontrer. Chaque jour, Ismaël est ébloui, fasciné, épuisé par ce lieu. C'est sur le quai du RER qu'il voit Mathilde pour la première fois. Peu à peu, ils tombent amoureux. Ils croisent Sacha et Joan. Sacha est à la recherche de sa fille disparue, Joan passe sa vie dans cette gare entre Lille, Londres et Paris. La gare est comme une bulle que tous traversent, Français, immigrés, émigrés, voyageurs, fantômes... C'est un carrefour où chaque vie passe vite et disparaît.

  • Contient 2 films de Claire Simon :

    - Ca brûle (2006) :
    24 juin, c'est bientôt les vacances et c'est déjà l'été. Les adolescents d'un village du sud de la France, en quête de sensualité s'essaient au désir. Plus solitaire, Livia, une jeune cavalière de 15 ans préfère être transportée, emportée, consolée par son cheval. Mais lorsque le pompier Jean Susini la relève d'une mauvaise chute, elle en tombe amoureuse. Au fil des heures, l'adolescente se met alors à poursuivre de sa passion brûlante cet homme plus âgé. Son désir la dévore, lui fait gravir une à une les marches de l'exaltation, la consume jusqu'à l'irréparable.

    - 800 km de différence - Romance (2002) :
    Manon a 15 ans. En vacances, elle a rencontré Greg, 17 ans. Lui habite Claviers, petit village du Haut Var, elle Paris. Greg et Manon sont amoureux. Portrait d'un jeune homme dans le monde qui l'entoure quand sa petite amie est là, quand leur histoire existe et s'affronte à l'histoire et à la géographie.

  • 1 fiction vs 1 documentaire : 2 films de Claire Simon :
    - Sinon, oui (1997) :
    C'est une histoire qui arrive à une femme, par l'intermédiaire d'une question qu'on lui pose : est-ce qu'elle est enceinte ? Elle n'en sait rien et sur le moment ça l'arrange de laisser planer le doute. Cette hypothèse est redoutable pour son mari qui comptait s'éloigner d'elle, tellement redoutable qu'il y croit tout de suite. Il a beau lui expliquer qu'il ne veut pas de l'enfant, elle ne fait rien pour avorter... puisqu'elle n'est pas enceinte tout compte fait. Seulement ça, elle n'arrive pas à lui dire. Elle laisse faire remettant toujours au lendemain le moment de briser le charme qui retient son mari auprès d'elle, réconforte son propre père très malade, et réjouit son entourage. Jour après jour la fiction s'installe et rien ne semble pouvoir l'arrêter.
    - Coûte que coûte (1996) :
    Produire coûte que coûte ! Sauver la boîte coûte que coûte ! Même si on n'est pas payés tout de suite, continuer coûte que coûte ! Trouver de nouveaux clients coûte que coûte ! De nouveaux fournisseurs coûte que coûte ! Le film raconte l'histoire d'une petite entreprise, toute jeune, où l'on fabrique des plats cuisinés pour les grandes surfaces. Le patron et les employés mènent la guerre économique avec les moyens du bord.

  • Il y a des jours où on n'en peut plus de la ville, où nos yeux ne supportent plus de ne voir que des immeubles et nos oreilles de n'entendre que des moteurs... Alors on se souvient de la Nature, et on pense au Bois. On passe du trottoir au sentier et nous y voilà ! La rumeur de la ville s'éloigne, on est dans une prairie très loin. C'est la campagne, la forêt, l'enfance qui revient. On y croit, on y est. C'est une illusion vraie, un monde sauvage à portée de main, un lieu pour tous, riches et pauvres, Français et étrangers, homos et hétéros, vieux et jeunes, vieux-jeu ou branchés. Le paradis retrouvé. Qui sait ?

  • Les Bureaux de Dieu

    Claire Simon

    Djamila aimerait prendre la pilule parce que maintenant avec son copain c'est devenu sérieux, la mère de Zoé lui donne des préservatifs mais elle la traite de pute, Nedjma cache ses pilules au-dehors car sa mère fouille dans son sac, Hélène se trouve trop féconde, Clémence a peur, Adeline aurait aimé le garder, Margot aussi. Maria Angela aimerait savoir de qui elle est enceinte, Ana Maria a choisi l'amour et la liberté. Anne, Denise, Marta, Yasmine, Milena sont les conseillères qui reçoivent, écoutent chacune se demander comment la liberté sexuelle est possible. Dans les Bureaux de Dieu on rit, on pleure, on est débordées. On y danse, on y fume sur le balcon, on y vient, incognito, dire son histoire ordinaire ou hallucinante.

  • Mimi

    Simon Claire

    Nouvel objet singulier dans la filmographie de Claire Simon, Mimi est le fruit d'une rencontre entre la cinéaste et Mimi Chiola, personnalité romanesque, forte et émouvante, qui aime raconter des histoires. De Nice où Mimi a grandi et où elle a assumé son homosexualité malgré son éducation catholique, jusqu'à la montagne où elle s'est installée plus tard avec une femme, l'histoire s'incarne dans le rapport entre le corps de Mimi et les lieux qu'elle parcourt avec Claire Simon.

empty