• Le film narre un abandon utopique, consensuel et festif de l'économie de marché et du productivisme. La population décide d'un certain nombre de résolutions dont la 1ère est "On arrête tout" et la 2ème "Après un temps d'arrêt total, ne seront ranimés que les services et les productions dont le manque se révélera intolérable". L'entrée en vigueur de ces résolutions correspond au premier jour d'une ère nouvelle, l'an 01.

  • Le film narre un abandon utopique, consensuel et festif de l'économie de marché et du productivisme. La population décide d'un certain nombre de résolutions dont la 1ère est "On arrête tout" et la 2ème "Après un temps d'arrêt total, ne seront ranimés que les services et les productions dont le manque se révélera intolérable". L'entrée en vigueur de ces résolutions correspond au premier jour d'une ère nouvelle, l'an 01.

  • Ethel, qui gagne sa vie en posant nue, souhaite devenir comédienne. Bien que sa façon de jouer laisse franchement à désirer, elle est remarquée, lors d'une audition, par le metteur en scène allemand Lucas Kesling. Celui-ci prépare une version très personnelle des "Possédés" de Dostoïevski et offre un rôle à la jeune femme, dont il ne tarde pas à faire sa maîtresse...

  • 1570. Un équipage peu rutilant traverse une campagne désolée. La misère ronge le royaume. Au pretexte de religion, la guerre est partout. Dans cet attelage, un homme, Henri de Malassise. Ambassadeur de la Cour de France en Italie, le Roi Charles IX et la Reine mère Catherine de Médicis l'ont rappelé à Paris. Sa mission : négocier avec les autorités protestantes un traité de paix visant à mettre fin aux affrontements entre les deux camps. Réunis à Saint-Germain, Malassise, flanqué du militaire Biron, et les protestants Mélynes et Ublé troquent places fortes contre paix civile...

empty