lobster

  • 1934. Le code Hayes impose une rigueur morale sans précédent à toute l'industrie du cinéma. L'autocensure des studios est implacable. Une chape de plomb s'abat sur Hollywood. En marge de l'industrie, des producteurs ou auteurs indépendants continuent à tourner malgré des moyens limités, souvent sans vedettes. Un formidable laboratoire pour un cinéma en pleine crise. Voici trois films osés, décalés, où soufflent l'inspiration de pionniers et le goût d'innover. On y découvre Humphrey bogart à ses débuts, Fay Wray (la fiancée de King Kong) qui transperce l'écran... et Peggy Shanon, dans l'étonnant "Back Page" tourné par un grand réalisateur de Hollywood se cachant sous le pseudonyme d'Anton Lorenze, fuyant les syndicats et les pressions politiques. Restaurés pour la première fois d'après les négatifs originaux 35mm, ces films sont des bijoux de liberté et d'envie du cinéma. Produits à l'ombre des studios, longtemps oubliés, ils sont la face cachée et méconnue de Hollywood cette année là...

    Contient :

    - Woman in the Dark (1934)
    Après trois ans en prison pour un crime qu'il n'a pas commis, John Bradley s'installe au calme dans une maison isolée. Mais un soir de tempête, une femme apeurée frappe à la porte, et avec elle s'enclenche à nouveau la machine internale du doute et des accusations à tort.

    - Back Page (1933)
    Jerry Hampton, une jeune journaliste libre et indépendante, devient rédactrice en chef d'un petit journal de province. Elle y découvre qu'un homme d'affaires sans scrupule prépare une escroquerie sur fond de puits de pétrole. À elle seule, réussira-t-elle à déjouer les manigances du milliardaire et son incroyable influence sur l'ensemble de la population ?

    - Midnight (1934)
    Ethel Saxon, condamnée à mort pour le meurtre de son compagnon, va être exécutée à minuit. Une interminable soirée pour Edward Weldon, le président du jury qui l'a fait condamner, mais aussi pour ses proches qui auraient espéré un pardon de dernière minute. Un imprévu vient soudain bouleverser le cours des événements...

  • Avant le légendaire duo avec Hardy en 1927, Stan Laurel débute sur scène en Angleterre dans les spectacles de pantomime. Partenaire de Charlie Chaplin dans une tournée aux États-Unis en 1912, il se laisse tenter par l'aventure du cinéma dès 1917. Pendant 10 ans, il sera la star d'une série de films d'une inventivité folle, et rivalisera au box-office avec Harold Lloyd, Buster Keaton ou Charlie Chaplin dans des films qu'il écrit et interprète avec brio. Véritable homme-orchestre, il se révèle un auteur complet, et l'un des maîtres d'un art aujourd'hui oublié : la pantomime. Imaginé par Lobster Films et la Library of Congress (Washington), ce double DVD propose un florilège de ses films les plus rares : 17 courts métrages avec Stan Laurel retrouvés et restaurés grâce aux dernières technologies numériques et aux archives du monde entier.

  • Oliver Hardy étudie le chant puis le droit avant de trouver sa voie dans le cinéma comique. Avant le duo avec Laurel en 1927, il joue dans 325 films, dont la plupart ont disparu à jamais. Au début simple faire-valoir d'acteurs plus renommés, il devient vite ce gros poupin surnommé "Babe" puis joue les seconds rôles de méchante brute aux côtés des plus grands acteurs comiques des années 1910 et 1920. Imaginé par Lobster Films et la Library of Congress (Washington), ce double DVD propose un florilège de ses films les plus rares : 18 courts métrages avec Oliver Hardy retrouvés et restaurés grâce aux dernières technologies numériques et aux archives du monde entier. Les débuts d'un acteur de génie. Un formidable témoignage sur la vie et le cinéma burlesque au début du siècle dernier. Des films comiques d'un autre monde, ou le rire était simple, sans paroles, sincère, spontané... et souvent irrésistible.

  • Elle et lui

    Leo Mccarey

    À bord d'un paquebot qui les conduit vers leur mariage respectif, Terry McKay, une chanteuse de cabaret, et Michel Marnet, un dandy français se rencontrent et tombent follement amoureux l'un de l'autre. Ils se promettent d'abandonner leurs projets de mariage et de se retrouver six mois plus tard au 102e étage de l'Empire State Bulding. Le jour du rendez-vous, victime d'un accident, Terry préfère s'effacer pour ne pas être un poids pour Michel. Mais le destin n'a pas dit son dernier mot...

  • L'Amour à la mer

    Guy Gilles

    Daniel et Geneviève se rencontrent à Deauville et tombent amoureux. Il est marin, elle vit à Paris. Ils s'écrivent, mais l'amour suffit-il ?

  • Une exploration des moeurs dissolues de la haute société américaine des années 20.

  • Lors des travaux de construction à Dawson City (Canada), à 560km du cercle polaire, 533 boîtes de films enterrées sous une patinoire depuis un siècle sont exhumées par des pelleteuses. Des images miraculeusement conservées, des actualités, quelques interviews et des photographies historiques... L'histoire extraordinaire de la ruée vers l'or au début du XXè siècle - mais aussi le cycle de vie de cette singulière collection de films, de sa distribution jusqu'à son incroyable redécouverte.

  • Au pan coupé

    Guy Gilles

    Jeanne se souvient et revit son amour avec Jean. Il refusait le monde tel qu'il est et ne pensait qu'à partir. Elle ne sait pas qu'il est mort...

  • Le Clair de terre

    Guy Gilles

    Pierre vit à Paris avec son père. Il retourne en Tunisie où il est né et rencontre une ancienne institutrice. Elle réveille de vieux souvenirs d'enfance, dont celui de sa mère décédée...

  • Laurel et Hardy ont accédé ensemble à la légende du cinéma. Mais avant ce duo de rire et de perfection, chacun a dû apprendre la scène, la caméra, faire ses armes et ses coups d'essai qui furent parfois des coups de maître.

  • La danseuse June Page est accusée du meurtre du gangster "Honest Ed" Baker. Allan Perry, un ambitieux journaliste à l'aube de sa carrière, cherche coûte que coûte à couvrir l'affaire pour en obtenir l'exclusivité et impressionner sa hiérarchie. Il tombe amoureux de la jeune femme, mais les anciens amis d'Ed Baker, déterminés à se venger, n'ont pas dit leur dernier mot...

  • Qui est "La dame d'onze heures" ? ... dernière phrase prononcée par Charles Pescara retrouvé mortellement blessé dans un taxi. D'où viennent les menaces, et les morts, dont est victime la famille de Gérard Pescara, un industriel de la pharmacie ? Revenu d'Afrique, S.O.S. (Stanislas Octave Seminario, - Paul Meurisse- ), ami de la famille dont il apprécie tout particulièrement la fille Muriel, mène l'enquête, jusque dans une mystérieuse clinique dans le nord de la France.

  • Le 10 avril 1825, le pamphlétaire républicain Paul-Louis Courier est retrouvé assassiné dans la forêt de Larçay, près de la ferme de La Chavonnière où il s'était retiré pour écrire. Abattu d'un coup de fusil. La thèse du suicide est immédiatement écartée. Le procureur du roi et le juge d'instruction sont dépêchés sur les lieux du crime afin d'interroger sept témoins proches de l'écrivain et trouver le coupable. Sept témoignages, sept regards différents sur un personnage unique.

  • Au début du XXe siècle, bien avant que les premiers avions ne volent, New York était le port d'entrée de tous les migrants aux fortunes diverses, venus se construire un avenir et faire vivre leurs familles sur ce nouveau continent. Pour préserver la sécurité du pays et s'assurer de l'identité et de la santé de ces hommes et femmes venus par dizaines de milliers, un immense centre d'immigration fut construit sur l'île d'Ellis Island (1892 - 1954), à quelques centaines de mètres de la Statue de la Liberté. Objet de toutes les craintes et de tous les fantasmes, ce centre où s'ouvrait la porte d'un nouvel avenir fut un formidable sujet pour les cinéastes professionnels ou amateurs, un ressort dramatique et une source d'inspiration pour raconter des histoires à hauteur d'homme. Actualités, fiction, drames, les films que nous vous proposons furent essentiellement tournés au début du siècle et nous racontent l'histoire de ces migrants aventuriers venus construire l'Amérique moderne.

  • Manhattan. L'île de tous les possibles , l'emblème de l'Amérique qui conquiert le monde, celle des grandes fortunes et des buildings dont la cîme rejoint le ciel pour tutoyer les étoiles, une symphonie de béton et d'acier a poussé malgré les crises et les guerres sur le vieux continent. À travers douze films de la première moitié du siècle, ce DVD propose de revivre les grandes étapes de cette éclosion. Du chef-d'oeuvre avant-gardiste Manhatta à des documentaires d'origine inconnue, de King Kong, échappé de Skull Island et semant la terreur sur la 6th avenue à N.Y.,N.Y. de Francis Thompson ou au très musical Manhattan Medley qui nous emporte sur son tapis volant d'images et de sons... Vous allez voyager au dessus des gratte-ciels, plonger dans les ruelles sombres et laisser ces tours infiniment hautes vous emporter dans un ballet architectural si particulier.

  • Le premier message de New York au reste du monde fut sa musique, riche des influences européennes et africaines importées des immigrants venus construire le nouveau continent avec, souvent, leur culture pour unique bagage. Les mots Broadway et 42e rue font à eux seuls tinter nos oreilles et pétiller nos rétines. C'est ici que sont nées les grandes stars de Hollywood et la Comédie Musicale. C'est ici encore que Sarah Bernhardt, Winsor McCay ou Enrico Caruso ont chanté pour le grand public, encore effrayé par l'Opéra trop européen. Sans Broadway, pas de Georges Gershwin, de Cole Porter ou d'Irvin Berlin. Les rues de Broadway, les grandes premières, Fred Astaire ou Paulette Goddard, mais aussi les premiers musiciens enregistrés par le cinéma sonore cinq ans avant Le Chanteur de jazz... Ce DVD nous invite dans l'arrière boutique et les rues de Broadway où le quotidien croise toujours l'improbable.

  • Au début du XXe Siècle, New York était le centre du Monde. C'est d'ici qu'est parti Lindbergh, l'aigle solitaire, pour sa première et glorieuse traversée de l'Atlantique en avion en mai 1927. À la même période, certains artistes comme Jay Leyda s'intéressent aux quartiers cosmopolites et effervescents du Bronx, tandis que d'autres filment les artistes qui brillent le soir au Cotton Club mais meurent d'épuisement dans des appartements de misère, comme la femme du personnage de Duke Ellington, vedette de Black and Tan. Destination de rêve, c'est également à New York qu'aborde le paquebot Normandie, où ses riches passagers peuvent filmer la ville avec des films en couleur désormais disponibles. Nous sommes en 1938. New York sucrée-salée. La ville monde qui engloutit les uns et fait s'envoler les autres. La ville du chaos et des miracles en sept films de beauté et de cruelle âpreté... Juste avant d'être engloutie elle-même par la technologie et le progrès.

  • La Mère

    Vsevolod Poudovkine

    Dans la Russie tsariste de 1905, une mère résignée doit faire face à la violence d'un mari ivrogne et aux ambitions révolutionnaires de son fils Pavel. La condamnation de ce dernier éveillera en elle un sentiment de révolte que rien ne pourra apaiser...

  • En 1914, un paysan russe décide de s'installer à Saint-Pétersbourg pour une vie meilleure. Embauché comme employé modèle dans une usine, il finit par prendre conscience de son erreur et s'oppose à sa hiérarchie en agressant le directeur. Son envoi au front éveillera en lui un profond sentiment d'injustice.

  • Mpongolie, 1920. Baïr, une jeune trappeur, est capturé par l'armée britannique et condamné à mort pour avoir rejoint un groupe de résistants. Mais sa destinée change du tout au tout lorsqu'il est fait roi fantoche par les Anglais, désireux de mater la rébellion et qui voient en lui un descendant de Gengis Khan.

  • André Chotin fut à la fois l'assistant de Frank Borzage sur "L'Heure Suprême" (1927) et le réalisateur d'une vingtaine de films populaires français des années 1930. Durant cet étrange parcours, il croisera les plus grands mais restera un homme de l'ombre, dont les films sont longtemps restés invisibles. En voici trois, délicieux, savoureux, avec Fernandel, Edwige Feuillère ou encore Madeleine Guitty. Du parfum parisien des puces de Clignancourt en 1931 au pari-tiercé des années d'innocence, ces films ont une simplicité joyeuse et chantent à nos oreilles, pour le seul plaisir de voyager dans un autre monde. Au temps où tout semblait si simple...

  • Offrez vous un voyage à New York comme les meilleures compagnies aériennes ne peuvent vous l'offrir. Depuis que le cinéma a été inventé, New York a été l'une de ses vedettes ultimes. Les caméras n'ont jamais cessé d'y tourner, l'industrie du cinéma y est née (avant de passer à l'Ouest) – et la « Grande Pomme » a bien changé en 120 ans.

    À travers des films comme les morceaux de bravoure de King Kong semant la terreur dans la ville en 1933, découvrez New York dans la première moitié du siècle. Vous y apercevrez la naissance des gratte-ciels, les lumières de Broadway ou la misère d'Ellis Island qui fit pourtant l'Amérique d'aujourd'hui. Ces films rarissimes dressent un portrait impressionniste de la ville qui ne dort jamais, et racontent au présent l'Amérique qui construit, qui rêve, dont le cœur bat à mille à l'heure et où tout est possible : la gloire ultime comme l'échec le plus cruel.

  • Le Shérif Pat Garrett retrouve son ami Doc Holliday. Or Billy The Kid, qui refait surface, tue un homme. Le shérif blesse Billy qui est alors pris en main par Doc et emmené chez Rio, une belle métisse. Une rivalité va naître entre Billy et Doc à cause de Rio. Mais celle-ci, humiliée par les marchandages des deux hommes, décide de les livrer à Pat Garrett pour se venger...

  • Les deux frères jumeaux Georges et Jacques Pile sont séparés à la mort de leurs parents. Le premier vit à Paris, le second à Bruxelles. Lorsque Georges est soupçonné d'avoir tué un constructeur d'avions et dérobé des plans d'un moteur, Jacques décide de prendre sa place pour le protéger et va tout faire pour compromettre l'enquête.

empty