Documentaire

  • Contient :

    - Léon et Guillaume :
    Léon : Ce matin, Léon le cordonnier affiche une pancarte dans sa boutique qu'il tient depuis 46 ans : Fermeture définitive dans deux mois. Panique des habitants du quartier qui adorent cet Arménien au coeur superbe, au visage étonnant. Est-il possible de prolonger encore sa présence...

    - Jacquotte et Daniel :
    Jacquotte : Une fois par an, en juillet, sur la route de ses vacances, durant quelques heures, Jacquotte revit son enfance dans la maison restée intacte de ses parents chéris. Ils sont morts depuis longtemps, mais rien n'a été touché. Un jour, il faudra peut-être vendre...

    - Philippe et Bernard :
    Philippe : Une actrice, un académicien, un boxeur, un comédien, Philippe, athlète complet de l'interview télévisée, se prépare à les interroger les uns après les autres. Une demi-heure chacun, sans ratures, en un après-midi. Il prend des cachets pour se calmer. Il prévoit que le marathon va être costaud.

  • Cinq personnages jouent dans ce film les mêmes rôles qu'ils tiennent dans la vie : chauffeur de taxi, vendeuse de chaussures, vendeuse de disques, représentant en vin, figurant. Ils sont simplement des hommes et des femmes de la ville. Wolfgang fait la connaissance de Christl et l'invite à l'accompagner à un pique-nique, le lendemain, à la plage du Wannsee, haut lieu de loisirs berlinois. Le même soir, un ami, Erwin, et sa femme, Annie, se disputent alors qu'ils avaient prévu d'aller au cinéma. Le jour d'après, Erwin se lève et rejoint seul Wolfgang. Christl est là, avec son amie Brigitte. Le quatuor se rend à la plage...

  • 1960. 12 ans après la déclaration d'indépendance, Chris Marker se rend en Israël pour y tourner son 4ème film. Il interprète, non sans humour et poésie, les "signes" disparates d'antan et d'aujourd'hui : le désert conquis, la sombre aventure de l'Exodus, les Juifs orthodoxes du Ghetto, le Mur des Lamentations, les kibboutz, le Sabbath, l'enfance d'Israël et ses enfants - déjà régimentés mais insouciants et nourris d'espoir.

  • Depuis des siècles, le nom de Bordeaux jouit d'un statut quasiment mythique dans le monde du vin, étant synonyme à la fois de fortune, de pouvoir et d'influence. Mais récemment, les prix des vins de prestige rouge ont monté en flèche. Quelque chose d'inattendu se passe sur le marché du vin de Bordeaux et ce quelque chose est la Chine. Red Obsession propose d'explorer ce phénomène Bordeaux. À quel point le vin peut-il être vraiment bon ? Que pousse un industriel à payer des centaines de milliers de dollars pour une seule bouteille ? Est-ce le goût, le prestige ou l'investissement qui est le moteur de la demande pour les vins de Bordeaux ? Ou est-ce simplement la nécessité de posséder quelque chose d'éthéré, immonde et limité ? Red Obsession est une histoire d'aspiration à la grandeur. C'est également une étude de la puissance, de la passion en hauts lieux et sur le changement économique d'Ouest en Est.

  • Sans Vilmos Zsigmond (disparu le 1er janvier 2016), le cinéma américain des années soixante-dix ne serait pas le même. Invité à Paris en 2014 pour évoquer sa carrière, ce mythique chef opérateur accepte de passer devant la caméra pour une rencontre d'un autre type.

  • Insultes, crachats, irrévérence et violence, le groupe Sex Pistols est l'un des plus célèbres représentants du mouvement punk londonien. La folle ascension de Johnny Rotten, Steve Jones, Glen Matlock, Sid Vicious et Paul Cook dans la deuxième moitié des années soixante-dix, période de grève et de misère pour la classe ouvrière de Grande-Bretagne, n'aura duré que l'espace de vingt-six mois et un seul album.

  • Regard neuf sur Olympia 52 met en lumière la genèse d'un auteur, dont le talent et la singularité ont suffit à renouveler profondément l'écriture cinématographique. Confronté durant la dernière année de sa vie aux souvenirs lointains de ce qu'il nomme sa première tentative, documentaire sur les Jeux olympiques d'Helsinki qui révèle un fort désir de cinéma, Marker nous livre toute sa complexité dans le rapport si particulier qu'il entretien avec ses oeuvres passées.

  • Ce coffret contient 4 films :

    - Lettre de Sibérie :
    Je vous écris d'un pays lointain. On l' appelle la Sibérie. A la plupart d'entre nous, il n'évoque rien d'autre qu'une Guyane gelée, et pour le général tsariste Andréiévitch, c'était "le plus grand terrain vague du monde". Il y a heureusement plus de chose sur la terre et sous le ciel, fussent-ils sibériens, que n'en ont rêvées tous les généraux...

    - Dimanche à Pékin :
    "Rien n'est plus beau que Paris, sinon le souvenir de Paris. Et rien n'est plus beau que Pékin, sinon le souvenir de Pékin. Et moi, à Paris, je me souviens de Pekin et je compte mes trésors" Chris Marker.

    - Level Five :
    Laura termine l'écriture d'un jeu vidéo consacré à la bataille d'Okinawa (île du Japon où les civils à l'annonce de la défaite se sont jetés par milliers du haut des falaises). En rencontrant par l'intermédiaire d'un mystérieux réseau parallèle à Internet des informateurs et même des témoins de la bataille, dont Nagisa Ôshima, Laura accumule les pièces de la tragédie, jusqu'au moment où elles commencent à interférer avec sa propre vie.

    - Regard neuf sur Olympia 52 :
    Regard neuf sur Olympia 52 met en lumière la genèse d'un auteur, dont le talent et la singularité ont suffit à renouveler profondément l'écriture cinématographique. Confronté durant la dernière année de sa vie aux souvenirs lointains de ce qu'il nomme sa première tentative, documentaire sur les Jeux olympiques d'Helsinki qui révèle un fort désir de cinéma, Marker nous livre toute sa complexité dans le rapport si particulier qu'il entretien avec ses oeuvres passées.

  • Un pays mythique : le vieux sSud, Mississippi. Nous sommes entrés dans des églises, où au bout de quelques minutes, les fidèles nous avaient complètement oubliés et chantaient plus pour eux que pour nous. Nous sommes entrés dans les "bistrots", dans les maisons, dans les fermes, pour entendre les gens, pour capter la musique du Sud, en dehors du show business, dans les endroits où elle est née, où elle respire. Cette musique où l'on sent à la fois la violence, la misère, la dignité... et l'humour...

  • Paris, à la tombée de la nuit. Les murs de la ville s'animent de projections immenses. Des films russes, allemands ou français des années 30, comme une mélodie profonde et lointaine, hantent les souvenirs d'Edgar Morin, ses premières émotions de spectateur. Tout en arpentant les rues, les conférences et les musées, en France et à l'étranger, le philosophe revient sur la place essentielle que l'étude du cinéma a joué dans sa vie et dans sa formation d'intellectuel, jusqu'à la réalisation en 1960, avec Jean Rouch, du film "Chronique d'un été". Grâce à l'utilisation, pour la première fois, du son direct sur les caméras, ce film bouleversa l'histoire du cinéma, tant documentaire que de fiction.

  • Vingt ans séparent les deux parties de ce film portrait consacré à Dario Argento. Tourné à Turin puis à Rome entre 2000 et 2019, Soupirs dans un corridor lointain cale son pas sur l'un des cinéastes les plus marquants de ces quarante dernières années. Ses obsessions, son travail, ses souvenirs, ses hantises, son rapport à la ville éternelle, les blessures de l'Histoire italienne, et puis le temps qui passe...

  • "Ces portraits sont des rencontres que je voudrais garder de l'oubli. Ce sont des femmes qui travaillent, qui font des enfants et qui, en même temps, gardent un esprit d'indépendance. Je ne suis pas un documentariste. Je suis plutôt un amateur de visages, de mains et d'objets. Rendre compte de la réalité ne m'intéresse pas. La réalité n'est qu'un mot, comme sa soeur jumelle, la fiction, que je pratique par ailleurs, avec un plaisir différent." Alain Cavalier

  • Heart of a Dog

    Laurie Anderson

    Centré sur le bien-aimé terrier de Laurie Anderson, sa chienne Lolabelle, qui est décédée en 2011, Heart of a Dog est un essai qui mêle souvenirs d'enfance, journal intime en vidéo, rêveries autour de la collecte de données, de la culture de surveillance, de la conception bouddhiste de la vie après la mort, et des hommages chaleureux aux artistes, musiciens et penseurs qui l'ont inspirée. Mêlant sa propre narration drôle et inquisitrice à des compositions originales au violon, des passages animés à la main, des home-movies tournés en 8mm et des oeuvres d'art tirées d'expositions, Laurie Anderson crée un langage visuel hypnotique en patchwork pour créer du sens dans nos vies.

  • Saisons après saisons, la pétillante Françoise, infirmière libérale, illumine la vie des gens. Avec beaucoup d'humour et de tendresse, elle fait bien plus que soigner nos ainés... Elle préserve le lien social.

  • "Portrait de mon père" retrace la vie artistique de Jacques Baratier. Ce cinéaste français énigmatique qualifié par Godard d'albatros, a réalisé 33 films. Aidé de sa fille, il retouche le montage d'un de ses premiers documentaires tourné en 1947. C'est l'occasion pour Diane Baratier de parcourir l'oeuvre de ce metteur en scène à l'indépendance frondeuse...

  • La Route du sel

    Ulrike Koch

    Quatre hommes préparent soigneusement leur caravane de yaks pour aller chercher leur or blanc, le sel. Leur voyage, qui durera trois mois, est aussi un voyage initiatique respectueux des rites et des tabous. Un hommage à la nature, aux montagnes et aux dieux. Tourné au nord du Tibet, nous suivons le périple de ces hommes dont la tradition millénaire est aujourd'hui menacée...

  • Lettre de Sibérie

    Chris Marker

    Ce DVD contient 2 films :
    - Lettre de Sibérie :
    Je vous écris d'un pays lointain. On l' appelle la Sibérie. A la plupart d'entre nous, il n'évoque rien d'autre qu'une Guyane gelée, et pour le général tsariste Andréiévitch, c'était "le plus grand terrain vague du monde". Il y a heureusement plus de chose sur la terre et sous le ciel, fusssent-ils sibériens, que n'en ont rêvées tous les généraux...
    - Dimanche à Pékin :
    "Rien n'est plus beau que Paris, sinon le souvenir de Paris. Et rien n'est plus beau que Pékin, sinon le souvenir de Pékin. Et moi, à Paris, je me souviens de Pekin et je compte mes trésors" Chris Marker.

  • Depuis 20 ans, Youssou N'Dour est mondialement reconnu comme le représentant emblématique de la "voix de l'Afrique". Au point culminant de sa carrière, il a décidé de composer Egypt, un album dédié à une vision tolérante de l'Islam. Son courageux message musical a été chaleureusement accueilli dans le pays occidentaux, mais a créé de sérieuses polémiques dans son pays, le Sénégal. Pendant plus de deux ans Elizabeth Chai Vasarhelyi a suivi Youssou N'Dour à travers le monde, le filmant en concert, mais aussi dans des moments plus intimes. I Bring What I Love est le recueil d'un voyage difficile...

  • Plus qu'un portrait, une étude sur le travail et la personnalité d'un danseur de légende : Rudolf Nureyev.

empty