Epicentre Films

  • Ils s'appellent Fanta, Joffrey, Soumeya... Ils sont en prison, au lycée, au travail. Ils ne se connaissent pas et communiquent par messages vidéo. Ils ont en commun le projet un peu fou d'écrire une nouvelle Constitution. Pendant près d'un an ils vont partager le bonheur et la difficulté de réfléchir ensemble. Ils vont redécouvrir le sens du mot politique. Ils vont imaginer d'autres règles du jeu. Cette aventure va les conduire jusqu'à l'Assemblée Nationale.

  • Une histoire de la lutte LGBT des années soixante à nos jours, après que l'étincelle des émeutes de Stonewall a embrasé l'action militante qui, de New York, devait se répandre partout dans le monde. De San Francisco à Paris en passant par Amsterdam, entre les premières Gay Pride, l'élection d'Harvey Milk, la « dépénalisation » française, l'épidémie du Sida et les premiers mariages homosexuels, ces quelques décennies de lutte s'incarnent au travers de nombreux témoignages d'acteurs et actrices de cette révolution arc-en-ciel.

  • Wet Season

    Anthony Chen

    Des trombes d'eau s'abattent sur Singapour. C'est la mousson. Les nuages s'amoncellent aussi dans le cœur de Ling, professeur de chinois dans un lycée de garçons. Sa vie professionnelle est peu épanouissante et son mari, avec qui elle tente depuis plusieurs années d'avoir un enfant, de plus en plus fuyant. Une amitié inattendue avec l'un de ses élèves va briser sa solitude et l'aider à prendre sa vie en main.

  • Début des années 90. Amanda, l'ainée de 10 ans, son frère et sa soeur vivent alternativement sous le toit de leurs parents séparés à Buenos Aires. Le statu quo est bouleversé lorsque leur mère annonce vouloir déménager avec son compagnon au Paraguay en amenant les enfants avec elle. Amanda se sent plus proche de son père « bohème », sa mère étant plus stricte mais plus responsable. Elle devra se battre pour faire entendre sa voix.

  • 11 minutes

    Jerzy Skolimowski

    Un mari jaloux hors de contrôle, une actrice sexy, un réalisateur carnassier, un vendeur de drogue incontrôlable, une jeune femme désorientée, un ex-taulard devenu vendeur de hot-dog, un laveur de vitres en pause 5 à 7, un peintre âgé, un étudiant qui a une mission secrète, une équipe d'auxiliaires médicaux sous pression et un groupe de nonnes affamées. 11 moments de vie de citadins contemporains qui vont s'entrecroiser et s'entrelacer.

  • Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement en plein ciel au-dessus de Paris. Ils ont tous été la victime du même pervers dominateur qui est enfermé dans une pièce. Ce soir-là, ils ont décidé d'en finir. Tour à tour, ils se racontent des souvenirs qui les lient à cet homme et entrent dans la chambre se confronter à lui. Mais ce qui s'y passe entre le monstre et eux reste leur secret.

  • Vivre et chanter

    Johnny Ma

    Zhao Li dirige une troupe d'opéra traditionnel de Sichuan qui vit et joue ensemble dans la banlieue de Chengdu. Quand elle reçoit un avis de démolition pour son théâtre, Zhao Li le cache aux autres membres de la compagnie et décide de se battre pour trouver un nouveau lieu, où ils pourront continuer à chanter. S'engage alors une lutte pour la survie de leur art.

  • Conséquences

    Darko Stante

    A 17 ans, Andrej est placé dans un centre de détention pour jeunes. Il y intègre un groupe de délinquants avec lesquels il se perd dans la drogue et la violence. Mais bientôt, les désirs d'Andrej le rattrapent. Démasqué, il va devoir faire un choix pour rester fidèle à lui-même.

  • A Singapour, dans un chantier d'aménagement du littoral, l'inspecteur de police Lok enquête sur la disparition de Wang, un travailleur immigré chinois. Après 10 jours de recherche toutes les pistes amènent Lok dans un cyber-café nocturne tenu par Mindy, une fascinante jeune femme que Wang fréquentait pour lutter contre ses insomnies et sa solitude. Lok découvre que Wang s'était lié d'une amitié virtuelle avec un mystérieux gamer.

  • Arythmie

    Boris Khlebnikov

    Katia et Oleg sont un couple d'urgentistes en Russie. Oleg est brillant, mais son métier l'absorbe. Confronté chaque jour à des cas difficiles, l'alcool l'aide à décompresser. Katia ne se retrouve plus dans cette relation. A l'hôpital, un nouveau directeur applique des réformes au service de la rentabilité. En réaction, Oleg s'affranchit de toute limite et l'équilibre du couple vacille plus encore.

  • L'intégralité des conférences d'Amos Gitaï au Collège de France.

  • Emil travaille avec son frère dans une carrière de calcaire et vend aux mineurs l'alcool frelaté qu'il fabrique. Il est un plaisantin, qui, sur le chantier, imite les gestes de ses collègues, comme dans un film muet.

  • Nina Wu

    Midi Z

    Nina Wu a tout quitté pour s'intaller à Taipei dans l'espoir de faire une carrière d'actrice. Mais elle n'a tourné jusqu'alors que quelques publicités. Un jour, son agent Mark lui propose le casting du rôle principal d'un film d'espionnage. Malgré sa réticence à la lecture des scènes de nu et de sexe, Nina se rend à l'audition.

  • Ingmar Bergman est considéré comme l'un des réalisateurs les plus importants de l'histoire du cinéma. À l'occasion du centenaire de sa naissance en 2018, la cinéaste allemande Margarethe von Trotta s'interroge sur l'héritage du maître, son travail et sa vie personnelle, qui continue d'inspirer des générations de réalisateurs.

  • Le 4 mai 1994, Arafat et Rabin signaient au Caire un accord de paix. Au cours des quatre mois qui ont précédé, Amos Gitai a tenu la chronique des événements et des réactions des Israéliens et des Palestiniens dans un film en quatre parties, chacune représentant un parcours.

  • Exil

    Rithy Panh

    Exil est une méditation sur l'absence, sur la solitude intérieure, géographique, politique. Exil est aussi une tentative d'élucidation du jeune garçon qui fut au Kampuchea démocratique, et de l'adulte qui n'accepte pas l'injustice : quelle révolution voulons-nous ? Une révolution pour l'homme et avec lui ? Une révolution à hauteur d'hommes, dans le respect, la compréhension ? Ou une tentative de destruction dont la pureté fausse eut tant de disciples, en Asie et en Occident ?

  • Mon meilleur ami

    Martín Deus

    Lorenzo est un adolescent agréable et studieux qui vit dans une petite ville de Patagonie. Un jour son père décide d'accueillir sous leur toit Caito, un jeune garçon frondeur et mystérieux. D'abord méfiant, Lorenzo, va peu à peu se rapprocher de Caito sans soupçonner les conséquences de cette nouvelle amitié... Mais Caito a un secret.

  • Captation du spectacle d'Amos Gitai présenté au Festival d'Avignon, La guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres est adapté de la chronique La guerre des Juifs de l'historien Flavius Josèphe (Ier siècle après JC). Ce document raconte comment l'état hébreu a perdu sa souveraineté à l'issue d'une guerre contre les Romains dont les étapes les plus marquantes sont la prise de Jérusalem, la destruction du Temple et la chute de Massada. Dans cette mise en scène au coeur de la carrière Boulbon, lieu minéral magique au sud d'Avignon, Jeanne Moreau est assise à une table et endosse le rôle de l'auteur. Elle est entourée de comédiens qui incarnent les personnages du livre dans cette réflexion poétique et politique sur le Proche-Orient contemporain. Pour Amos Gitaï, le texte de Flavius Josèphe "fait partie de ses fantômes" et il lui semblait important de le faire entendre à nouveau aujourd'hui.

  • Bambi

    Sébastien Lifshitz

    Dès sa plus tendre enfance à Alger, Marie-Pierre ne veut s'habiller qu'en robe et refuse obstinément son prénom de naissance : Jean-Pierre. A 17 ans, sa vie bascule lorsqu'elle découvre la revue d'un cabaret de travestis en tournée : le Carrousel de Paris. En quelques années, elle devient "Bambi", figure mythique des cabarets parisiens des années 50-60.
    En recueillant le témoignage d'une des premières transsexuelles françaises, Sébastien Lifshitz poursuit le travail entamé avec "Les invisibles" et trace le destin d'une personnalité hors du commun.

  • Le Dos rouge

    Antoine Barraud

    Un cinéaste reconnu travaille sur son prochain film, consacré à la monstruosité dans la peinture. Il est guidé dans ses recherches par une historienne d'art avec laquelle il entame des discussions étranges et passionnées.

  • Stand

    Jonathan Taïeb

    Un meurtre homophobe vient d'être commis en Russie. Anton et Vlad croient en avoir été témoin et se lancent dans une enquête. L'aventure n'est pas sans danger et tout est mis en péril mais Anton pense s'approcher d'une vérité...

  • Les médias se proclament "contre-pouvoir". Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d'un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations pré-mâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d'ascenseur.
    En 1932, l'écrivain Paul Nizan publiait Les chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s'imposaient en véritables gardiens de l'ordre établi.
    Aujourd'hui, les chiens de garde sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques, ouvertement devenus évangélistes du marché et gardiens de l'ordre social. Sur le mode sardonique, "Les nouveaux chiens de garde" dénonce cette presse qui, se revendiquant indépendante, objective et pluraliste, se prétend contre-pouvoir démocratique. Avec force et précision, le film pointe la menace croissante d'une information produite par des grands groupes industriels du CAC40 et pervertie en marchandise.

  • "Dans un jardin je suis entré" fantasme un "ancien" Moyen-Orient, dans lequel les communautés n'étaient pas séparées par des frontières ethniques et religieuses, un Moyen-Orient dans lequel même les frontières métaphoriques n'avaient pas leur place. Dans l'aventure commune d'Ali et Avi, de ce voyage qu'ils entreprennent vers leurs histoires respectives dans une machine à remonter le temps née de leur amitié, le Moyen-Orient d'antan, celui dans lequel ils pourraient coexister sans efforts refait surface avec une grande facilité.

  • Ce coffret contient 6 films :

    - Happy Birthday Mr Mograbi :
    Avi Mograbi est engagé pour faire un film sur les 50 ans de l'état d'Israël. Pendant le tournage, il se rend compte que deux autres anniversaires ont lieu en même temps : le sien et celui des 50 ans de la Nakba, la "catastrophe", le début du problème des réfugiés palestiniens dépossédés de leurs terres après la guerre de 1948.

    - Comment j'ai appris à surmonter ma peur et à aimer Ariel Sharon :
    En 1996, alors que la campagne électorale en Israël approche, Avi Mograbi décide de faire un film sur la figure politique contestée d'Ariel Sharon.

    - Pour un seul de mes deux yeux :
    Alors que la seconde Intifada plonge les Israéliens dans la terreur et les Palestiniens dans le dénuement et la frustration, Avi Mograbi croit pourtant en la force du dialogue avec les Palestiniens assiégés et avec l'armée israélienne omniprésente. Pour s'interroger sur le conflit, le réalisateur convoque les mythes de Samson et de Massada.

    - Août, (Avant l'explosion) :
    Avi Mograbi déteste le mois d'août. Il symbolise à ses yeux tout ce qu'il y a de plus insupportable en Israël. Au fil des trente et un jours de ce mois quelconque, il sillonnne les rues avec sa caméra et nous livre ses réflexions. Un pamphlet du plus subversif des réalisateurs israéliens, analysant la paranoïa et la violence quotidienne en Israël.

    - Z 32 :
    Un ex-soldat israélien a participé à une mission de représailles dans laquelle deux policiers palestiniens ont été tués. Il cherche à obtenir le pardon pour ce qu'il a fait. Sa petite amie ne pense pas que ce soit si simple, elle soulève des questions qu'il n'est pas encore capable d'affronter. Le soldat témoigne volontairement devant la caméra tant que son identité n'est pas dévoilée. Le cinéaste, tout en cherchant la solution adéquate pour préserver l'identité du soldat, interroge sa propre conduite politique et artistique.

    - Dans un jardin je suis entré :
    "Dans un jardin je suis entré" fantasme un ancien Moyen-Orient, dans lequel les communautés n'étaient pas séparées par des frontières ethniques et religieuses, un Moyen-Orient dans lequel même les frontières métaphoriques n'avaient pas leur place. Avi (Mograbi) et Ali, son ami palestinien d'Israël, entreprennent un voyage vers leur histoire respective dans une machine à remonter le temps née de leur amitié. Le Moyen-Orient d'antan, où ils pouvaient coexister sans effort, refait surface avec une grande facilité.

empty