• Le château d'Hérouville est un véritable condensé des années 70. En y créant ses célèbres studios, Michel Magne découvre l'amour fou, rassemble les plus grands créateurs de l'époque et révolutionne le sens de la fête.

    1970. Marie-Claude rencontre Michel Magne, génial compositeur de musiques de films. C'est le coup de foudre. Elle le rejoint dans son château d'Hérouville où Bowie, Elton John et bien d'autres stars se rassemblent. Mais le succès attise les convoitises. Derrière le conte de fée, la tragédie se profile. Ce roman vrai révèle le destin inouï de Michel Magne au coeur de la pop culture des années 50 à 80.

  • Des sujets aussi variés que l'espace, la pâtée pour chien ou la vitesse de chute de Gandalf ! Mais aussi, des notes made in prof Moustache sur les absurdités cinématographiques ou bibliques. À quoi ressemblerait Interstellar si c'était un film réaliste ? Peut-on survivre comme Jonas, dans un estomac géant ? Pourquoi Dark Vador est-il si méchant ?! Réponses dans ce tome 4 explosif !

  • Enfin ! Le Prof Moustache revient pour nous expliquer les affres de la science que nous subissons au quotidien.
    Comment comprendre le Big Bang quand on ignore que mettre du papier toilette sur la lunette des toilettes est inutile ?!
    De l'hygiène aux araignées en passant par les régimes, les poneys ou les testicules, Marion Montaigne donne les réponses essentielles à toutes nos questions existentielles !

  • Né en 1935 à Brooklyn, Woody Allen se lance dans le show-business à l'âge de seize ans en rédigeant des gags pour des chroniques dans différents journaux de Broadway, avant d'écrire pour la radio, la télévision, le théâtre, le cinéma et le New Yorker. Il quitte ensuite la solitude du bureau de l'écrivain pour devenir humoriste dans divers clubs, puis le célèbre réalisateur que l'on sait.
    Durant les quelque soixante ans de sa carrière cinématographique, il a écrit et tourné cinquante films dont il est souvent aussi l'acteur principal. Il a reçu de nombreuses récompenses nationales et internationales, et a vu des statues érigées en son honneur (sans jamais d'ailleurs comprendre ce qui lui avait valu pareil hommage), et ses films ont été mis au programme d'écoles et d'universités dans le monde entier.
    Dans Soit dit en passant, Woody Allen parle de ses premiers mariages, l'un avec un amour de jeunesse, le second avec la merveilleusement drôle Louise Lasser, qu'il continue d'adorer. Il décrit aussi son aventure avec Diane Keaton, qui s'est transformée en l'amitié d'une vie entière. Il revient sur ses relations professionnelles et personnelles avec Mia Farrow, qui ont amené à la réalisation d'un certain nombre de grands classiques, avant d'être suivies par une rupture orageuse dont se sont repus les tabloïds. Il confie qu'il a été le premier surpris quand, à cinquante-six ans, il a entamé une amourette avec Soon-Yi Previn, alors âgée de vingt-et-un ans, qui devait conduire à une grande histoire d'amour, passionnée et retentissante, et à un mariage heureux de plus de vingt ans.

    Sur un ton souvent désopilant, d'une honnêteté absolue, plein d'intuitions créatives mais traversé de perplexité, c'est le récit d'une icône américaine qui vous dit tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander...

  • Fan de l'univers de Wes Anderson ? À la recherche de nouvelles émotions ?

    Laissez-vous surprendre par les meilleurs clichés du compte mythique instagram Accidentally Wes Anderson, sur lequel les internautes postent des images évoquant l'univers incroyable du réalisateur.
    Avec ces 150 lieux réels qui, par la symétrie des lignes, les tons acidulés, la composition parfaite, vous invitent à regarder le monde autrement, partez à l'aventure et découvrez derrière chaque façade, chaque paysage, l'histoire du lieu.

    Avec cet ouvrage dédié aux voyageurs modernes, vivez dans la sphère Wes Anderson !

  • >Aristote Poétique La Poétique est l'ouvrage qui fonde la réflexion sur la poésie et l'objet littéraire en Europe : du Tasse à Lessing, de Racine à Nietzsche, tous les grands créateurs, tous les grands théoriciens l'ont lue et méditée. Ses analyses sur la tragédie et plus généralement la représentation en art gardent toute leur pertinence et leur actualité, elles nourrissent encore la pensée poétique contemporaine. Cette édition entièrement nouvelle entend rendre enfin accessible au plus grand nombre ce texte capital par sa portée et son influence. Son annotation a été conçue pour qu'un lecteur étranger au monde grec puisse sans obstacle aucun appréhender cette oeuvre dont tant d'autres avant lui ont goûté la profondeur.

    Traduction inédite, présentation et notes de Michel Magnien.

  • French mania N.2 ; des Français à Hollywood Nouv.

    La playlist du numéro par Barbara Carlotti.Le Frenchverse est consacré aux films de Woody Allen.Dans la partie « A l'oeuvre », plongez-vous dansle moodboard de Mintaka, premier film de Chris Huby.Le pitch de Vingt Ans de Lidia Leber Terki et le journalde bord de Christian Carion sur le tournage de My Sonavec James McAvoy et Claire FoyDossier : Des Françaisà Hollywood, leur(s) histoire(s) avec les témoignagesde Claude Lelouch, Laure de Clermont -Tonnerre,Olivier Megaton, Julie Delpy et Roxane Mesquida.Dans la partie « Rencontres », Amine Bouhafa raconteson métier de compositeur de musique de films,Francis Lee évoque ses films français et francophonesde chevet et Ducastel et Martineau reviennent sur leursfilms fantômes, ceux qu'ils n'ont jamais tournés.Côté « Feuilletons », découvrez le deuxième épisodede la grande histoire des séries françaises, de l'histoirede la quête de la parité dans le cinéma français ainsi quede notre récit d'anticipation, Les écrans et nous en 2030et la suite de Sang neuf, scénario inédit pour lequel AnnaCazenave Cambet succède à Catherine Corsini.Un cahier de tendances spécial Alex Lutz.La pépite :Un homme qui me plaît de Claude Lelouch.La nouvelleinédite, Falaises, est signée Anne Pauly.Films à croquer :Le Kebab de Grave.Stéphane Foenkinos se la joueMarguerite Duras.

  • Il n'est pas facile de parler de Shoah. Il y a de la magie dans ce film, et la magie ne peut pas s'expliquer. Nous avons lu, après la guere, des quantités de témoignages sur les ghettos, sur les camps d'extermination; nous étions bouleversés. Mais, en voyant aujourd'hui l'extraordinaire film de Claude Lanzmann, nous nous apercevons que nous n'avons rien su. Malgré toutes nos connaissances, l'affreuse expérience restait à distance de nous. Pour la première fois, nous la vivons dans notre tête, notre coeur, notre chair. Elle devient la nôtre. Ni fiction, ni documentaire Shoah réussit cette re-création du passé avec une étonnante économie de moyens: des lieux, des voix, des visages. Le grand art de Claude Lanzmann est de faire parler les lieux, de les ressusciter à travers les voix, et, par-delà les mots, d'exprimer l'indicible par des visages.

    C'est une composition musicale qu'évoque la subtile construction de Shoah avec ses moments où culmine l'horreur, ses paisibles paysages, ses lamentos, ses plages neutres. Et l'ensemble est rythmé par le fracas presque insoutenable des trains qui roulent vers les camps.

    La construction de Claude Lanzmann n'obéit pas à un ordre chronologique, je dirais _ si on peut employer ce mot à propos d'un tel sujet _ que c'est une construction poétique.

    Jamais je n'aurais imaginé une pareille alliance de l'horreur et de la beauté. Certes, l'une ne sert pas à masquer l'autre, il ne s'agit pas d'esthétisme: au contraire, elle la met en lumière avec tant d'invention et de rigueur que nous avons conscience de contempler une grande oeuvre. Un pur chef-d'oeuvre.
    SIMONNE DE BEAUVOIR

  • Dans ce livre unique, entre biographie et mémoires, David Lynch raconte pour la première fois la vision singulière qui l'a habité toute sa vie, et ses combats pour mener à bien ses projets les plus audacieux. Les réflexions personnelles du cinéaste répondent aux passages biographiques écrits par Kristine McKenna à partir d'une centaine d'interviews de proches de David Lynch. Acteurs, agents, musiciens, membres de la famille..., nous livrent des témoignages d'une grande authenticité.

  • Bienvenue à Movieland !  Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ?Découvrez le paradis des cinéphiles ! Movieland est un immense territoire à explorer, où les villes sont des films. Naviguez sur la mer des Espions, accostez dans la baie de l'Action, descendez le fleuve de l'Amour, et parcourez le désert du Western, à la rencontre des chefs-d'½uvre du cinéma mondial.  Retrouvez dans cet ouvrage, et sur la carte jointe sous forme de poster géant plus de 1800 films à voir absolument sélectionnés pour vous, du Voyage dans la Lune (1902) à Piège de cristal (1988) en passant par Ready Player One (2018) ou Certains l'aiment chaud (1959) !Pour vous guider dans ce voyage :. Une carte géante et détachable (900 x 600 mm).. 50 itinéraires thématiques détaillés, comme autant de propositions de balades cinéphiliques.. Une check list complète des 1880 films pour cocher les films à voir... ou à revoir !  Exemples de parcours :. De Citizen Kane à L'Empire contre-attaque, parcourez un itinéraire riches en twists.. De La Jetée à Retour vers le futur, explorez un itinéraire propice aux paradoxes temporels.. De Quatre mariages et un enterrement à Sept ans de réflexion, empruntez les chemins compliqués de la comédie romantique

  • Enfn, LA TOTALE ! Pour décrypter la filmographie d'Hitchcock et comprendre comment le Maître a définitivement marqué l'histoire du cinéma. Des premiers films anglais du jeune réalisateur aux chefs-d'oeuvre américains mondialement célèbres, sans oublier les titres pour la télévision, Alfred Hitchcock, cinéaste prolifique et inventif, a développé un style unique. Traversant les révolutions majeures du cinéma - du muet au parlant, du noir et blanc à la couleur, des studios londoniens à Hollywood -, il a influencé des générations de réalisateurs : Truffaut, Scorsese, De Palma, Fincher...

    Synopsis, genèse, distribution, réalisation, réception critique et publique... : l'intégralité des films d'Hitchcock est passée au crible, chacun d'eux révélant un génial inventeur de formes cinématographiques.

    - Des inédits : les films inachevés et disparus, un roman photo du cinéaste, les films de guerre...
    - Une iconographie exceptionnelle : storyboards, photogrammes, photographies de tournage, affiches, documents promotionnels...
    - Les célèbres apparitions d'Hitchcock.
    - Des repères, des portraits et des focus pour aller plus loin, mais aussi découvrir les motifs récurrents de l'oeuvre, les obsessions formelles et thématiques du cinéaste...
    - Des secrets de tournage, des anecdotes, les coulisses de la création, une analyse des plans et des scènes mythiques...

  • - J'ai adoré.
    - Tu es fou ? C'était mauvais.
    Au cinéma, nous n'avons pas tous les mêmes goûts. Il existe quantité de raisons de s'enthousiasmer pour un film (ou de bâiller devant lui), et ce livre en fait le tour. Il ne tranche pas. Quels que soient mes goûts et ceux de mon voisin, je n'ai pas à me sentir inférieur ni supérieur à lui. Même s'il fait la moue quand je lui dis quel est mon film préféré. D'ailleurs la recette du bon film n'existe pas, sinon les réalisateurs l'appliqueraient depuis longtemps. Tout le monde fait de son mieux, de chaque côté de l'écran. Ce n'est pas facile. On ne sait pas toujours dire à l'avance quelles qualités un film doit posséder pour nous plaire. Et en sortant de la séance, on ne sait pas toujours quoi dire. Qu'est-ce qu'un bon film ? dédramatise la question. Acceptons nos différences.

  • Et si la magie du cinéma avait partie liée à la peinture ? Aux tableaux que revisite parfois le réalisateur afin de mettre en image son scénario, aux oeuvres ou ambiances picturales qui s'imposent aux spectateurs au visionnage de certains films.
    Cet ouvrage est né de ces regards croisés entre le septième art et la peinture, là où l'image filmique cache ou révèle une image picturale.
    À cet exercice, presque tous les grands courants cinématographiques se sont illustrés car très nombreux sont les réalisateurs qui ont développé, consciemment ou non, une esthétique en affinité avec l'art silencieux et immobile qu'est la peinture.
    Des frères Lumière à David Lynch, une étude passionnante sur les rapports féconds de la peinture et du cinéma.

  • A découvrir dans ce premier numéro de la revue French Mania :
    La playlist du numéro par Yann Gonzalez.
    Un dîner avec Virginie Ledoyen, retour sur toute une carrière à l'Hôtel Grand Amour.
    La Grande histoire des séries françaises, épisode 1/4 : Les années 60/70.
    Focus : les séries françaises pas très LGBT firendly.
    Special guest : Les Cinq films français et francophones préférés de Lukas Dhont.
    Vers la parité dans le cinéma français, épisode 1/2 : 2012/2017.
    Métier : Directrice de casting par Marlène Serour.
    Dossier : Claire Denis, Leos Carax , les éclaireurs et leurs héritiers, analyses et témoignages de Léa Mysius, Morgan Simon, Bertrand Mandico, Anna Cazenave-Cambet et Mati Diop.
    Sang neuf , un scénario inédit en cadavre exquis, épisode 1/11 par Catherine Corsini.
    Reportage sur les cinéastes arabes et africains à l'heure du cinéma de genre.
    Pitch : Hyacinthe , un projet de long métrage d'animation de Gerlando Infuso.
    Anticipation : les écrans et nous en 2030, épisode 1/2.
    L'Origine du mal : le moodboard du prochain film de Sébastien Marnier.
    Frenchverse : les passions françaises de Wes Anderson.
    En immersion rue Daguerre dans les archives d'Agnès Varda documentariste, avec Rosalie Varda.
    Journal de bord : Antoine Reinartz raconte le tournage de Petite Nature de Samuel Theis.
    Cahier de tendances automne - hiver : Timothée Chalamet , Laetitia Dosch , Antony Cordier, Garance Marillier.
    Nouvelle inédite : Villa Malaparte par Emily Barnett.
    Pépite : Classe tous risques de Claude Sautet.
    Films à croquer : le Kloug du Père-Noël est une ordure.
    Stéphane Foenkinos se la joue Virginie Despentes.

  • «  La vie, ce n'est pas seulement respirer. C'est aussi avoir le souffle coupé ».

    En 1960, le film Psychose traumatise des spectateurs du monde entier. Jamais l'angoisse ni le suspense n'avaient été aussi bien mis en scène au cinéma. Mais d'où vient le talent de cet Alfred Hitchcock, celui que l'on surnomme désormais le «  cinéaste de la peur  »  ? Pour le savoir, il faut d'abord remonter à sa jeunesse, en Angleterre, pendant la première moitié du XXe siècle. Ayant grandi dans une famille catholique une originalité religieuse qui se ressentira dans une grande partie de son cinéma , «  Hitch  » est un anglais atypique qui, très tôt, a le goût de raconter des histoires. La tentation de travailler pour le cinéma ne se fera pas attendre, d'abord comme graphiste aux studios Islington de Londres où son talent visuel l'amènera à faire ses débuts derrière la caméra, comme assistant puis comme metteur en scène complet. C'est également ici qu'il fera la rencontre d'Alma Reville, son assistante et épouse qui l'accompagnera toute sa carrière.
    Avec «  9 1/2 », découvrez la vie du maître du suspense Alfred Hitchcock, sans conteste l'un des plus grands cinéastes du 7e Art. L'histoire d'un artiste truculent, exigeant et tout simplement hors du commun, auteur d'une filmographie si riche qu'elle nécessitait deux volumes (tome 1 pour la période anglaise  ; tome 2 pour la période américaine) pour la raconter.

  • Vous êtes accro aux séries ? Vous ne supportez pas la fin de Game of Thrones ? Vous n'avez jamais rêvé de réécrire la fin ? Narration, inspiration, style, scansion du récit, gestion du temps et de l'espace : Vincent Ravalec met à disposition du lecteur toute son expérience, ses techniques et ses méthodes, de façon simple et visuelle.
    Chaque chapitre de ce livre décrit le cheminement de l'écriture d'un scénario ; des quiz permettent de valider l'enseignement ; des exercices pratiques accompagnent le lecteur lui permettant d'écrire son scénario en direct. Des exemples concrets sont disséqués pour expliquer les process créatifs mais aussi les particularités de l'éco-système, les pièges à éviter, la bonne attitude à avoir, la meilleur façon de négocier ses contrats.
    Un livre visuel et ludique qui tient sa promesse de vous guider dans l'élaboration et l'écriture d'un scénario. A l'usage aussi bien des scénaristes ou futurs scénaristes, mais aussi de toutes les personnes qui ont envie de raconter une histoire, ce livre devrait devenir une référence dans les écoles de cinéma, des professionnels, comme auprès de tout le public désireux d'écrire.

  • « M'étant séparé de mon moi illusoire, j'ai cherché désespérément un sentier et un sens pour la vie. » Cette phrase définit parfaitement le projet biographique d'Alexandro Jodorowsky : restituer l'incroyable aventure et quête que fut sa vie. Né au Chili en 1929, c'est en effet un homme et un artiste aux mille facettes. Chantre de l'expansion de conscience, poète, romancier, comédien, fondateur du « théâtre panique » avec Arrabal, réalisateur notamment de films cultes tels que El Topo et La Montagne sacrée, scénariste de célèbres bandes dessinées comme L'Incal, Jodorowsky a aussi élaboré deux techniques thérapeutiques : la psychomagie, qui renvoie les faits quotidiens à des modèles mythiques, et la psychogénéalogie, qui agit sur les héritages psychologiques familiaux.
    Il brosse ici la fresque d'une existence qui exalte, au-delà de toute mesure, les potentialités de l'être dans le but de repousser les limites de l'imaginaire et de la raison, et d'éveiller le capital de transformation et de vie qui se trouve en chacun de nous.

  • Ce livre s'appuie sur l'histoire de l'art, la narratologie, la sémiologie et la psychanalyse, ainsi que sur de multiples exemples de films, pour présenter l'essentiel des aspects théoriques et esthétiques du cinéma. L'ouvrage s'articule autour de cinq questions, développées en détail à travers cinq chapitres : la perception et la forme, le récit, la signification, le dispositif et le spectateur, l'art. Dans un dernier chapitre, une réflexion plus prospective sur le numérique rappelle que nous vivons une ère hautement évolutive.
    Paru initialement en 1983, ce volume résolument interdisciplinaire a été, pour des générations d'étudiants, l'un des « classiques » des études cinématographiques. Remettant l'ouvrage sur le métier une quarantaine d'années plus tard, les quatre auteurs, théoriciens attentifs à la réalité sociale et vivante du cinéma, l'ont enrichi afin que cette 5e édition d'Esthétique du film prenne en compte les changements survenus, tant dans le cinéma lui-même que dans son étude. Une référence fondamentale toujours indispensable aujourd'hui.

  • Raconter l'existence d'Helen Scott, c'est ouvrir le livre du rire et de l'oubli : cette femme que plus personne ne connaît aujourd'hui a marqué son entourage par sa fantaisie, son humour, son intelligence. Son destin fut romanesque, mais elle est demeurée dans l'ombre des artistes qu'elle a accompagnés. Serge Toubiana part sur sa trace, et raconte.
    Les années d'enfance, avec un père journaliste russe, ayant migré aux États-Unis au début du XXe siècle, expédié en URSS pour couvrir les années révolutionnaires, et qui devient agent double. Une adolescence, dans les années 1930, passées dans divers lycées parisiens, où elle fait les quatre cents coups mais apprend le français. Une jeunesse, pendant la guerre à seconder le réseau de la Résistance française. Des convictions communistes, qui la font recruter par un agent soviétique dans les années 1940.
    Et puis, comme une seconde jeunesse, alors qu'elle travaille au French Film Office à New York, la rencontre « coup de foudre » de François Truffaut. Il vient défendre aux États-Unis Les Quatre Cents Coups, qui ont triomphé à Cannes. Débute une amitié fascinante, tendre et torturée, qui durera 25 ans, où Helen Scott devient indispensable (il est « ma truffe », elle est « ma chère Scottie »). Par une intuition, une sensibilité et une gaieté hors du commun, elle fait rayonner toute la génération de la Nouvelle Vague sur les écrans américains - Godard, Resnais et d'autres. Elle participe à la fameuse rencontre entre Truffaut et Hitchcock, à Hollywood, jonglant entre le français et l'anglais, riant aux plaisanteries tout en les traduisant, instaurant une intimité joyeuse entre ces deux géants.
    Serge Toubiana, qui est le biographe de Truffaut, passe de l'autre côté du miroir : ces années d'ébullition artistique, mais aussi d'enjeux de carrière, dans un New York bien différent de celui d'aujourd'hui, donnent à ce récit un cadre captivant. Où la grande Histoire est d'abord une histoire de rencontres.
    Helen Scott repose au Cimetière Montmartre, à quelques mètres de François Truffaut.

  • Le 5 avril dernier, Isao Takahata, l'un des plus grands réalisateurs d'animation japonais nous a quittés. Son chef d'oeuvre Le Tombeau des Lucioles a marqué toute une génération de cinéphiles, mais a également compté dans le développement du marché de l'animation japonaise en France. Takahata venait régulièrement en France afin de tenter de donner un sens au manga et à l'animation en dehors du Japon, à travers des conférences et ateliers. Ses autres films, Pompoko, Mes voisins les Yamada, Souvenirs goutte à goutte ou le récent Princesse Kaguya font partie aujourd'hui du panthéon du cinéma.
    Ynnis, en partenariat avec AnimeLand rend hommage à ce grand homme amoureux d'histoire et de littérature.
    De nombreuses personnalités du film d'animation, du journalisme spécialisé, du monde de l'illustration et de la bande-dessiné proposent ici des témoignages personnels de leur rencontre avec l'homme ou avec ses oeuvres. Ils se présentent sous la forme de textes à la première personne, de dessins ou de dialogues.

  • L'analyse de films s'enseigne de l'école à l'université, et se pratique dans des contextes et selon des objectifs très variés. Ce précis vise à donner des repères et des outils. Il propose une méthodologie de l'analyse filmique, du plan unique au film entier, de la séquence aux formes brèves, à travers des éléments de réflexion générale (histoire des formes cinématographiques, outils de narratologie, enjeux de l'interprétation) et des exemples appliqués. Les oeuvres d'Alfred Hitchcock, Vittorio De Sica, Claude Chabrol, Raoul Ruiz et de quelques autres jalonnent le propos de l'ouvrage, dont la vocation est avant tout de donner le goût de l'analyse de films.
    Cette 5e édition s'enrichit de 12 photos de films ainsi que de nouvelles pistes de réflexion sur les adaptations, les films à épisodes et le rôle des personnages dans la narration.

  • Cet ouvrage s'adresse au grand public aussi bien qu'aux étudiants et aux cinéphiles. Il explique, illustrations à l'appui, plus de cent vingt ans d'histoire d'une industrie considérée à la fois comme un art et comme un média. Donnant les repères essentiels - des origines du cinéma à nos jours - dans le monde, il aborde les dernières découvertes et les cinématographies méconnues. Il livre aussi des outils d'analyse et de compréhension : à quoi reconnaît-on un film expressionniste ? Comment envisageait-on le montage dans les années 1900 ? Quelle révolution des images animées entraîne vraiment le numérique ? Une brève histoire du cinéma permet de saisir l'évolution des techniques et les enjeux qui régissent le monde du cinéma : une synthèse indispensable pour savoir ce qui se trame derrière le grand écran !

  • Depuis sa première édition il y a 25 ans, l'Analyse des films est devenu un classique des études cinématographiques. Après avoir défini l'activité analytique, l'ouvrage présente successivement l'analyse du fait narratif et du récit, l'analyse plastique et sonore, et enfin le rapport à l'histoire. Jacques Aumont et Michel Marie y démontrent que l'analyse prend tout son sens si elle débouche sur une réflexion générale, qui dépasse le cas particulier de l'oeuvre étudiée. Ils se sont efforcés de décrire et de commenter les meilleures analyses publiées en français et dans d'autres langues, et d'en retenir les acquis méthodologiques. Les divers outils d'analyse sont illustrés à l'aide de tableaux, de schémas ou de photogrammes, et portent sur des films puisés dans toute l'histoire du cinéma. Cette quatrième édition enrichie d'exemples récents de l'Analyse des films est plus que jamais « une bible et un sésame » pour tous les étudiants en cinéma et les cinéphiles.

  • Le montage est la dernière écriture d'un film. Bien qu'assez méconnu, il est donc une étape essentielle de la création audiovisuelle et cinématographique. Ce livre complet et didactique s'adresse à celles et ceux qui souhaitent en découvrir toutes les dimensions.
    Après avoir présenté la place que le montage occupe au sein de la production d'un film, cet ouvrage expose les fondamentaux, de la séquence au raccord. Il définit ensuite les notions de base de ses différentes étapes, de l'organisation des rushes au visionnage. Y sont également détaillées et illustrées les grandes figures de style, ainsi que les aspects techniques et esthétiques essentiels : rythme, enjeux de narration, spécificités de la fiction, du documentaire, de la série et des nouvelles écritures (films interactifs, réalité virtuelle, etc.).

empty