Potemkine Films

  • The brig

    Mekas Jonas

    • Potemkine films
    • 22 Janvier 2020

    "Ce film n'est pas l'adaptation de la pièce The Brig interprétée par le Living Theatre ; mais une captation sauvage d'une de leurs représentations. Cette pièce raconte avec âpreté et réalisme l'entraînement des marines. Le film a été tourné en une après-midi. J'ai voulu appliquer les techniques de ce que l'on appelle le cinéma vérité, à une représentation théâtrale. Je voulais, peut-être, ébranler, quelques mythes et mystifications du cinéma vérité : qu'est ce qui est vrai au cinéma ?" Jonas Mekas.

  • Film

    Alan Schneider, Samuel Beckett

    • Potemkine films
    • 9 Mai 2018

    La silhouette fantomatique d'un vieillard déambule dans les rues, en proie à la panique, avant de se réfugier dans l'espace clos de sa chambre. L'homme s'acharne désespérément à se soustraire à tous les regards - êtres humains, animaux, et même portraits et miroirs - pour mieux disparaître...

  • Kenneth Anger : The Magick Lantern Cycle

    Kenneth Anger

    • Potemkine films
    • 15 Décembre 2015

    Retrouvez les 9 films du Magick Lantern Cycle, une explosion de couleurs, de musiques, de provocations et de rêves : l'oeuvre de Kenneth Anger a traversé le temps sans rien perdre de sa beauté subversive. Le réalisateur américain tourne son premier court métrage, 'Fireworks', à l'âge de 20 ans et n'a cessé depuis de célébrer les puissances incantatoires du cinéma, mêlant l'artifice, les rituels et les mythes en une série de films littéralement magiques. Prince noir de l'underground, précurseur du clip et de la mouvance "queer", Anger aura profondément marqué les plus grands cinéastes, de Jean Cocteau à David Lynch, de Rainer Werner Fassbinder à Nicolas Winding Refn, en passant par Alejandro Jodorowsky ou Martin Scorsese. Ses chefs-d'oeuvre sont aujourd'hui réunis sous le titre de "Magick Lantern Cycle". Entre deux extases visuelles et psychédéliques, on y croisera des motards fétichistes, des ovnis, des divinités égyptiennes, le visage d'Anaïs Nin et la musique de Mick Jagger. Un coffret en forme de banquet pop et halluciné.

  • Jonas Mekas - Coffret

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    Ce coffret réunit les oeuvres clefs de Jonas Mekas, l'un des plus prolifiques cinéastes d'avant-garde. Né en Lituanie en 1922, chassé par les armées soviétiques et nazies, Mekas arrive à New York avec son frère en 1949, après avoir passé quatre ans dans des camps de réfugiés en Allemagne. Il s'achète aussitôt une caméra 16mm et commence, au jour le jour, à filmer le monde qui l'entoure. Il s'impose en quelques années comme l'un des fers de lance de l'underground newyorkais. Il invente le journal filmé et affirme un style lyrique et profondément personnel, qui sublime le quotidien tout en témoignant de la solitude de l'exil, de l'oppression politique et des forces vitales de la poésie.

  • The Brig

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    "Ce film n'est pas l'adaptation de la pièce The Brig interprétée par le Living Theatre , mais une captation sauvage d'une de leurs représentations. Cette pièce raconte avec âpreté et réalisme l'entraînement des marines. Le film a été tourné en une après-midi. J'ai voulu appliquer les techniques de ce que l'on appelle le cinéma vérité, à une représentation théâtrale. Je voulais, peut-être, ébranler, quelques mythes et mystifications du cinéma vérité : qu'est ce qui est vrai au cinéma ?" Jonas Mekas.

  • Walden

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    « Depuis 1950, je n'ai jamais cessé de tenir mon journal filmé. Je me promenais avec ma Bolex en réagissant à la réalité immédiate : situations, amis, New York, saisons. Certains jours, je tournais dix plans, d'autres jours dix secondes, d'autres dix minutes, ou bien je ne tournais rien... Walden contient le matériel tourné de 1964 à 1968 monté dans l'ordre chronologique.... » Jonas Mekas

  • Lost Lost Lost

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    "A travers ces six douloureuses bobines, j'ai essayé de décrire les sentiments d'un exilé, mes sentiments pendant ces années-là. Le film décrit l'état d'esprit d'une "personne déplacée" qui n'a pas encore oublié son pays natal mais qui n'en a pas encore "trouvé" un nouveau. La sixième bobine est une transition, elle montre comment nous commençons à respirer, à trouver quelques moments de bonheur. Une nouvelle vie commence.". Jonas Mekas.

  • Reminiscences of a Journey to Lithuania

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    Jonas et Adolfas Mekas sont arrivés en Amérique en 1949 en tant que réfugiés politiques, anciens prisonniers des camps de travail allemands, exilés de leur village natal en Lituanie. Recherchés par la police soviétique, ils avaient été contraints de quitter leur foyer des années plus tôt, pour n'y revenir que 27 ans plus tard. Reminiscences of a Journey to Lithuania est le témoignage fascinant de la division d'une famille et de ses retrouvailles longtemps reportées.

  • "Mes journaux filmés de 1970 à 1999. Cela couvre mon mariage, la naissance de mes enfants, on les voit grandir. Des images de la vie quotidienne, des fragments de bonheur et de beauté. Les voyages en France, Italie, Espagne et Autriche. Les saisons, comme elles passent à New York, la vie à la maison, la nature. Rien d'extraordinaire, rien de spécial, des choses que nous vivons tous au cours de notre vie. Il y a beaucoup d'intertitres qui reflètent mes pensées de l'époque. La bande sonore est constituée de musiques et de sons enregistrés pendant la même période que les images, avec des improvisations d'Auguste Varkalis au piano. Quelquefois, je parle dans mon micro pendant que je suis en train de monter, au présent, avec le temps qui a passé. Ce film est aussi mon poème d'amour dédié à New York, ses étés, ses hivers, ses rues, ses parcs." Jonas Mekas.

  • Short Film Works

    Jonas Mekas

    • Potemkine films
    • 6 Novembre 2012

    Cette compilation réunit des films courts extrêmement variés réalisés par Jonas Mekas entre 1949 et 2002. Tour à tour drôle, subversif, cocasse, ironique, fondamentalement libre, on retrouve dans ce panorama ce regard brillant et acéré, lumineux, qui fait de Jonas Mekas beaucoup plus qu'un cinéaste : un amoureux de la vie et des hommes qu'il embrasse avec sa caméra et dont les montages chantent l'éternité.

empty