• La retraite arrive bientôt pour Luís Rovisco, un directeur des ventes excentrique au moral inébranlable. Les chansons qu'il invente tous les jours résolvent à chaque fois les obstacles qu'il rencontre dans sa vie tumultueuse. Mais devant Lucinda, la réceptionniste de l'hôtel Almadrava, il se retrouve à chanter sur un air bien différent...

  • 11 fois Fatima

    João Canijo

    Quatre cent kilomètres séparent le village de Vinhais, au nord du Portugal, du célèbre sanctuaire de Fatima, qui célèbre cette année le centenaire de l'apparition (supposée) de la Vierge Marie à trois jeunes bergers. Il s'agit du plus long chemin de pèlerinage que l'on peut prendre pour se rendre à Fatima à l'intérieur du Portugal, et c'est précisément ce chemin que le réalisateur João Canijo a choisi comme décor de son nouveau film, Fatima.

  • Magnifique, candide et attachant, Diamantino est l'icône planétaire du football, un héros flamboyant touché par la grâce. Quand soudain, en pleine Coupe du Monde, son génie s'envole dans les vapeurs roses de ses visions magiques, sa carrière est stoppée net. Problème : il ne connaît rien d'autre.

    La star déchue, devenue objet de risée nationale, découvre alors le monde – les autres. Le voilà embarqué dans maintes péripéties qui mutent en odyssée : conspiration familiale (ses deux soeurs n'en veulent qu'à sa fortune), manipulations génétiques délirantes, crise des réfugiés, complotisme de l'extrême-droite... Et, au beau milieu de cette tragédie, où son chat semble être son dernier supporter, pourtant, surgit l'Amour. Le vrai. C'était écrit.

  • L'Usine de rien

    Pedro Pinho

    Une nuit, des travailleurs surprennent la direction en train de vider leur usine de ses machines. Ils comprennent qu'elle est en cours de démantèlement et qu'ils vont bientôt être licenciés. Pour empêcher la délocalisation de la production, ils décident d'occuper les lieux. A leur grande surprise, la direction se volatilise laissant au collectif toute la place pour imaginer de nouvelles façons de travailler dans un système où la crise est devenue le modèle de gouvernement dominant.

  • Je m'appelle Luisa Palmeira, j'ai dix ans. Ma famille, c'est tous des Portugais. Mais moi, je suis Française, j'suis pas comme eux, j'fais pas de faute quand je parle. Ma mère, elle est plus belle que Marilyn Monroe, sauf quand elle met ses lunettes. Mon père, il a une moto rouge et il me laisse gagner au bras de fer. L'autre jour, il m'a dit qu'il allait disparaître. Mais moi, je le crois pas.

  • Lettres de la guerre

    Ivo M. Ferreira

    Un jeune médecin portugais, soldat pendant la guerre coloniale en Angola entre 1971 et 1973, envoie à sa femme des lettres d'amour poétiques, sensuelles et passionnées. Ce jeune homme, en train de devenir écrivain, c'est António Lobo Antunes dont 280 lettres ont été publiées en 2005. Elles sont l'inspiration du film qui en propose une lecture intime et leur donne vie.

  • En 1982, Manoel de Oliveira a 73 ans et six longs métrages à son actif. Alors que les dettes le contraignent à vendre la maison familiale de Porto où il vit depuis 40 ans avec sa femme Maria Isabel, il tourne en secret Visite, Mémoire et Confessions, dans lequel il évoque ce lieu vivant, peuplé des souvenirs de l'histoire de sa famille. Le film est tout à la fois un arbre généalogique, un panorama de ses obsessions de cinéaste, et une déclaration d'amour à sa femme et à l'histoire du Portugal.

  • A Uz, hameau montagnard du nord du Portugal vidé par l'immigration, subsistent quelques dizaines de paysans. Alors que la communauté se rassemble autour des traditionnelles fêtes d'août, le jeune berger Daniel rêve d'amour. Mais l'immuable cycle des 4 saisons et les travaux des champs reprennent vite le dessus...

  • John From

    João Nicolau

    Lisbonne, dans des familles sans histoire, Rita et Sara, 15 ans, partagent leurs vacances d'été entre cafés glacés et après-midi lascives. La rencontre de son nouveau voisin, Philippe, enflamme la jolie Rita d'un désir violent. Le quartier tranquille en devient magique et merveilleux, comme une île de Mélanésie au coeur du Pacifique.

  • Tabou

    Miguel Gomes

    Une vieille femme au caractère bien trempé, sa femme de ménage capverdienne, une voisine dévouée aux causes humanitaires vivent sur le même palier d'un immeuble de Lisbonne. Quand la vieille femme meurt les deux autres découvrent un épisode d'une partie de sa vie : une histoire d'amour, une scène de meurtre dans une Afrique directement sortie d'un film d'aventure.

  • Les Mille et une nuits

    Miguel Gomes

    Dans un pays d'Europe en crise, le Portugal, un réalisateur se propose d'écrire des fictions inspirées de la misérable réalité dans laquelle il est pris. Mais incapable de trouver un sens à son travail, il s'échappe lâchement et donne sa place à la belle Schéhérazade. Il lui faudra bien du courage et de l'esprit pour ne pas ennuyer le Roi avec les tristes histoires de ce pays. Alors qu'au fil des nuits l'inquiétude laisse place à la désolation et la désolation à l'enchantement, elle organise ses récits en trois volumes. Elle commence ainsi : "Ô Roi bienheureux, on raconte que dans un triste pays parmi les pays..."

  • Francisco, comporte-toi bien! Je sais que c'est ton anniversaire, que tu as trente ans maintenant, que c'est le carnaval et que tu t'es déguisé en cow-boy pour la fête de l'école, que tu es entouré de gosses que tu hais... Mais ce n'est pas une raison pour tirer la gueule. Contrôle-toi! Tu ne vois pas que personne ne te supporte ? Tu te casses la figure, tu vas à l'hôpital, tu as la rubéole et personne pour veiller sur toi. Sept nains seraient bien venus, tout comme dans Blanche Neige. Francisco, répète après moi : "Jusqu'à trente ans, tu as la gueule que Dieu t'a donnée. Après, tu as la gueule que tu mérites".

  • L'Epée et la rose

    João Nicolau

    Manuel a 31 ans et travaille comme journaliste free-lance. Il habite dans un quartier populaire de Lisbonne, où les maisons, aussi vieilles et décrépies que leurs habitants, sont bien meilleur marché. Son quotidien est solitaire et répétitif, dû aux petits boulots qu'il se voit obligé de faire et dont il s'acquitte sans grande motivation face à l'écran de son ordinateur. Il n'est pas le plus heureux des jeunes hommes mais, malgré tout, n'est pas un sauvage non plus : il a des amis, une petite copine, une femme de ménage et un inspecteur des impôts. Les objets avec lesquels il remplit chaque jour un vieux coffre rouge, la visite éclair à un laboratoire clandestin et son enthousiasme à recevoir certains messages cybernétiques sont les signes d'un plan en marche. Après avoir trouvé un nouveau maître pour son chat et s'être soumis à un insolite test d'épreuves physiques, c'est sans aucun drame ni émotion qu'il annonce à sa famille son départ pour une durée indéterminée. N'emportant que le précité coffre, c'est en taxi qu'il se rend jusqu'à une crique au Nord de Lisbonne où il embarque sur le Vera Cruz, une caravelle océanique portugaise du XVe siècle, c'est avec plaisir qu'il se dédie à la vie en mer selon les seules lois valides à bord et qui ne sont autres que celles de la piraterie.

  • Malgré l'âge et la fatigue, Gebo poursuit son activité de comptable pour nourrir sa famille. Il vit avec sa femme, Doroteia, et leur belle-fille, Sofia, mais c'est l'absence de leur fils, João, qui occupe les esprits. Gebo semble cacher quelque chose à son sujet, en particulier à Doroteia, qui vit dans l'attente passionnée de leur enfant. De son côté, Sofia attend également le retour de son mari, tout en le redoutant. De manière soudaine, João réapparaît, tout bascule.

  • Ce coffret contient 3 films :
    - Ne change rien :
    Ne change rien est né d'une amitié entre l'actrice Jeanne Balibar, l'ingénieur du son Philippe Morel et Pedro Costa. Jeanne Balibar, chanteuse, des répétitions aux enregistrements, des concerts rock aux cours de chant lyrique, d'un grenier à Saint Marie-aux-Mines à la scène d'un café de Tokyo, de Johnny Guitar à la Périchole, d'Offenbach.
    - Tout refleurit :
    Tous les jours, Pedro Costa se rend en bus dans un quartier de Lisbonne appelé Fontainhas. Jour après jour, Pedro filme les habitants de ce bidonville. Tout refleurit est un film qui se situe à la marge du travail de Pedro Costa : nous suivons ce cinéaste sur le tournage de son film En avant jeunesse, et dans le lien indéfectible, particulier, qui se dessine peu à peu, et qui unit son travail et sa propre vie. Car c'est en approchant le quotidien de l'homme que nous pouvons comprendre le cinéaste.

  • Une nuit, Isaac, jeune photographe et locataire de la pension de Dona Rosa à Régua, est appelé d'urgence par une riche famille afin de faire le dernier portrait de leur fille Angélica, une jeune femme morte juste après son mariage. Dans la maison en deuil, Isaac découvre Angélica et reste sidéré par sa beauté. Lorsqu'il porte à son oeil l'objectif de son appareil photo, la jeune femme semble reprendre vie, pour lui seul. Isaac tombe instantanément amoureux d'elle. Dès lors, Angélica le hantera nuit et jour, jusqu'à l'épuisement.

  • Dans l'Espagne des conquistadores, Dona Prouhèze mariée à Don Pelage est incapable de résister à l'attraction que Rodrigue exerce sur elle. Avant de se rendre à leur premier rendez-vous, elle offre à la vierge son soulier de satin symbole de son acceptation du châtiment : devenir boiteuse si elle connaît l'amour adultère.

  • À Lisbonne, Macario tombe amoureux d'une jeune fille. Après de nombreuses péripéties : lutte contre son oncle qui s'oppose au mariage, exil provoqué par les problèmes d'argent, trahison d'un ami, il conquiert le droit de l'épouser. Mais durant les préparatifs du mariage, Macario découvre les étranges pratiques de sa future femme. C'est cette histoire, celle de ses chagrins, que Macario livre à une inconnue lors d'un nouveau voyage.

  • Dès les années 40, Manuel Luciano entreprenait de découvrir la véritable identité de Christophe Colomb. Dans ses multiples voyages entre le Portugal et les Etats-Unis, toujours accompagné de sa femme, l'autre grande passion de sa vie, il a été le témoin de nombreux changements dans le temps et dans l'espace. Aujourd'hui, il est sur le point de dévoiler les mystères du célèbre explorateur. Mais un dernier voyage dans la maison qui a vu naître le grand navigateur lui est nécessaire.

  • Deux des personnages étranges du film de Luis Buñuel, "Belle de jour" retraversent - trente-huit ans après - le mystère d'un secret que seul le personnage masculin détient et dont la révélation est essentielle au personnage féminin. Ils se croisent à nouveau. Elle essaie à tout prix de l'éviter. Mais lui insiste et tente de la convaincre de le revoir en lui promettant de révéler le secret qu'il est seul à connaître. Ils prévoient un dîner en tête à tête dans un hôtel chic. Durant tout le dîner, elle, aujourd'hui veuve, est dans l'attente qu'il dévoile ce qu'il a réellement dit à son mari alors paralysé à la suite d'une balle tirée par un de ses amants. Le climat est tendu...

empty