Prairies Ordinaires

  • Créée en avril 2011 pour la chaîne HBO d'après les romans de George R.R. Martin, Game of Thrones est aujourd'hui la série la plus célèbre et la plus regardée au monde. Chacune des péripéties de cette saga d'inspiration médiévale, chaque mort - et il y en a ! - parmi ses très nombreux personnages, chaque nouvelle violence ou nouvel outrage défraie la chronique, sur Internet et plus largement.
    Ce n'est sans doute pas la première fois qu'une série passionne à ce point. Mais c'est la première fois qu'il s'agit d'une série adaptée d'une oeuvre littéraire toujours en cours - Le Trône de fer - et la première fois aussi qu'une telle popularité s'attache, non pas à une sitcom ou à une série policière, mais à une série-monde se déroulant en un temps non spécifié et dans un pays imaginaire.
    Qui, des Stark, des Lannister ou des Targaryen, parviendra à prendre possession du trône de fer afin de régner sans partage sur Westeros ? Game of Thrones se situe aux confins de l'heroic fantasy, de la fiction historique et de la géopolitique, aux confins aussi du populaire et de l'ésotérique. Tout est essentiel, dans une telle série, et tout appelle l'interprétation voire la glose : le rapport avec les romans de Martin, bien sûr ; le rôle de la musique composée par Ramin Djawadi ; les personnages d'enfants et de femmes ; les enjeux de généalogie et de genre ; la violence et la mort, etc.
    Dirigé par le philosophe Mathieu Potte-Bonneville, l'ouvrage collectif Game of Thrones - série Noire paraîtra pour la diffusion de la cinquième saison. Il se propose d'explorer toutes les dimensions évoquées à l'instant.
    Son ambition est celle d'un livre-monde aussi vaste que la série. Huit contributions y sont réunies, signées par des critiques de cinéma, des historiens, des philosophes et des spécialistes du Moyen-Âge et de l'heroic fantasy.

  • The wire

    Collectif

    Diffusée sur la chaîne HBO entre 2002 et 2008, The Wire (Sur Ecoute en français) est l'une des plus fascinantes et des plus originales séries de l'histoire de la télévision.
    Elle commence comme n'importe quelle série policière : une unité spéciale est créée pour démanteler un réseau de trafiquants de drogue. Mais l'opposition entre policiers et dealers s'efface bientôt, le spectateur s'apercevant que l'intrigue n'est qu'un prétexte pour montrer un espace et une population d'ordinaire invisibles à l'écran. Espaces et personnages s'agencent peu à peu pour produire une image globale de la ville de Baltimore et révéler des rapports d'interdépendance insoupçonnés (sur un mode qui peut rappeler Zola, et surtout Balzac).
    En outre, fait inédit à la télévision, The Wire s'articule sur un système de personnages à géométrie variable, qui se passe de héros individuel. Que ce soit sur un plan spatial ou narratif, la série privilégie donc les structures et agencements collectifs au détriment des individus. Elle porte un regard à la fois englobant et singularisé sur la société néolibérale, pose la question de l'action individuelle et collective dans un monde marqué par un degré extrême de stratification sociale et tente de repolitiser l'espace privatisé, aseptisé et standardisé de la télévision.
    Ce livre est le premier ouvrage français consacré à The Wire. Composé d'autant de textes que la série a eu de saisons - cinq, plus un bonus -, il étudie celle-ci dans sa progression, afin de ne pas faire de distinction artificielle entre la "forme" et le "fond", entre son esthétique et ses thématiques sociales. Il fonctionne ainsi sur deux niveaux, à la fois comme une introduction et comme une théorisation plurielle de la série.

empty