La Traverse

  • Contient :

    - Méditerranée (1963) :
    "C'est l'époque où commence le Nouveau Roman. J'y ai plongé et ça a donné Méditerranée. Je me suis dit comme ça, une nuit : tiens, je vais faire le tour de la Méditerranée. C'était pour boucler la boucle. C'est à dire, il y a trente-cinq mille kilomètres et on les fait...". Des temples grecs en ruine, des pyramides d'Egypte, un palais Sicilien, une orange dans un verger, une femme qui boutonne sa tunique, une jeune fille endormie avant une opération : quinze pays, trente cinq mille kilomètres, un film mythique aux origines de notre civilisation et du cinéma.

    - Bassae (1964) :
    Un temple au coeur du Péloponnèse, d'où le temps nous questionne... "Bassae est le plus beau lieu clos du monde. Quand je suis revenu de mon voyage en Méditerranée, c'est l'endroit qui m'a le plus obsédé. Il fut construit par l'architecte du Parthénon. Je crois que c'est sa dernière oeuvre. Ce qui est particulier c'est sa situation géographique. Est en pleine montagne, loin de la mer, caché dans une cuvette. Il est orienté de façon presqu'opposée aux autres temples et monuments grecs et ne semble dédié à aucune divinité. J'y suis allé souvent, je voulais faire un film sur cet objet ayant perdu toute signification, mais possédant un potentiel mystérieux fantastique..."

  • Dans la Chine du Moyen Âge, le vieux peintre Wang-Fô erre de village en village avec pour seul compagnon son disciple, Ling. Un jour, la milice les arrête et les emmène auprès de l'Empereur, qui annonce à Wang-Fô qu'il aura les yeux brûlés et les mains coupées : dans son enfance, seul au palais, l'Empereur vivait parmi les tableaux de Wang-Fô , devenu adulte, il découvre le monde réel qui lui paraît laid et méprisable comparé aux images qu'en peignait Wang-Fô. L'Empereur reproche au peintre de lui avoir inspiré le dégoût de son propre royaume, et le désir d'un royaume d'images sur lequel il ne pourra jamais régner. Toutefois, il exige que Wang-Fô termine avant d'être châtié, une peinture commencée dans sa jeunesse. Soudain, l'eau du lac représenté sur la peinture envahit la salle d'audience et le vieil homme se retrouve à voguer sur les flots de ses songes, accompagné de son disciple...

  • Le 1er juin 1907 à 17 heures, Adelaïde et Jonathan Akenbury entreprennent un voyage de noces qui les voit quitter New York à bord d'un canot baptisé "Love and Courage" pour... une traversée de l'Atlantique à la rame. Ce que Gérard d'Aboville réussira - bien plus tard ! - en soixante-treize jours, Adelaïde et Jonathan mettent, eux, cinquante ans à l'accomplir. C'est la magnifique trame d'un film animé intitulé La Traversée de l'Atlantique à la rame, Palme d'Or du court métrage au Festival de Cannes (et César du meilleur film d'animation) en 1979, l'une des huit courtes merveilles réalisées en une quinzaine d'années par le cinéaste et écrivain Jean-François Laguionie avant de "passer au long métrage" avec le mythique Gwen et le livre des sables (1984).

    Présentant ces huit films, depuis l'initial La Demoiselle et le Violoncelliste (Grand Prix au Festival d'Annecy en 1964) jusqu'à cette onirique Traversée., en passant par le seul film en prises de vues réelles de l'auteur, Plage privée, ou le remarquable Une bombe par hasard, ce coffret permet la découverte d'une ouvre majeure et d'un univers infiniment personnel.

  • Ce coffret propose de donner un aperçu de Jean Rouch à partir de trois films inédits et d'images prélevées dans son œuvre filmique, de quelques photogrammes scannés à partir de cette pellicule 16 mm que Jean Rouch affectionnait : trente-six images à peine, pour une oeuvre filmique imposante et polymorphe aux quelques cent quatre-vingt titres, entre films achevés et, pour près de la moitié, inachevés.

  • L'Acrobate

    Jean-Daniel Pollet

    Petit, timide et maladroit, Léon est employé dans un établissement de bains-douches. Il n'a aucun succès avec les femmes. Son seul amour est Fumée, une prostituée dont il voudrait devenir l'unique client. Pour la séduire, il décide de prendre exemple sur son ami Ramon le Gominé, grand séducteur et danseur de tango. Il s'inscrit à un cours de tango et se révèle bientôt très doué. Progressivement, il perd ses complexes et prend de l'assurance jusqu'à oser passer des concours de danse. Fumée devient sa partenaire attitrée et ils remportent ensemble de nombreux prix..

  • Simone Barbès est ouvreuse dans un cinéma porno. Un soir, après son travail, elle se rend dans une boîte de nuit lesbienne. Puis elle rencontre un homme seul et désespéré...

  • La jeune Gwen, adoptée par une tribu de nomades, vit dans un monde post-apocalyptique envahi par le sable, où une entité inconnue déverse des flots d'objets, reproductions gigantesques de produits banals de notre monde (valises, téléphones, horloges...). Quand le garçon avec lequel elle s'est liée d'amitié est enlevé par l'entité, Gwen part à sa recherche...

  • "On est arrivés. On est à la fois sur la voie et à la maison. On ne sait plus très bien si l'on est chez soi ou chez l'autre, si l'on accueille l'étranger ou si c'est lui qui nous accueille. L'important est simplement de vivre ensemble le familier et l'étranger, le chez-soi et l'ailleurs. On vagabonde et on habite, voyageur et sédentaire. Au pli de l'errance et de l'habiter, on veille sur la bienveillance qui les accorde" - Cyril Neyrat

  • Contient :

    - L'Ordre (1974) :
    De 1904 à 1957, sur l'île de Spinalonga, le gouvernement grec a parqué les lépreux – pour éviter la contagion, disait-il. Là, rien à faire, rien d'autre que d'attendre. Alors, ils forment une société à part, avec ses propres règles, combattent l'injustice, l'arbitraire. Parmi eux, Remoundakis. Avec une force et une intelligence peu communes, il raconte, il dénonce.

    - Pour mémoire (La forge) (1978) :
    Une forge dans le Perche. Elle s'apprête à fermer. Pollet s'attache à ces gestes bientôt perdus, à ces hommes qui les répètent avec précision, amour, et désespoir. Poème sur la maîtrise du feu, la fin d'un monde (ouvrier) et la perte d'un savoir, Pour mémoire est aussi une réflexion sur le travail et son sens.

  • À partir du poème de Franck Venaille, La Descente de l'Escaut, le film de Martin Verdet met en scène le poète lui-même, dans un espace clos, où voix, bruitages et artifices visuels assurent, entre littérature et cinéma, des points de passage tout aussi inventifs que réjouissants.

  • Le Sang

    Jean-Daniel Pollet

    Une communauté de jeunes gens traverse non sans déboires un plateau désolé du causse Méjean. Afin de nous horrifier par la conscience de notre propre cruauté, ils égorgent successivement un sanglier, un mouton, un taureau.

  • "Ce mardi en voyant deux petites traverser la rue, j'ai pensé à Pierre Creton. L'une sautillante, l'autre est infirme. Elle est, à cause de ça, accrochée au bras d'un homme. C'était une fille blond-roux à la chevelure mousseuse. Des cheveux jusqu'aux reins. Une démarche bouleversée. Elle ânonne. Et à son visage, on devine une malformation intégrale , physique, motrice, mentale. Elle irradie pourtant. Elle est la grâce. J'ai pensé que c'était Pierre Creton le metteur en scène de cet instant." - Gaëlle Obiégly

  • "Je raconte à Pierre les péripéties de mon trajet, le retard ou les contrôles, les voisins bruyants du wagon. Pierre m'écoute en regardant la route. Une fois, il me coupe brusquement la parole : "Oh Mathilde, regarde !" Et je vois dévaler devant nous un jeune sanglier. Pierre ralentit pour le laisser passer. Nous sommes éblouis." - Mathilde Girard

  • Après une assez longue absence, Sonia revient à l'improviste dans sa famille avec son bébé et son mari. Décidée à faire table rase du passé et à retrouver sa place parmi les siens, Sonia va faire resurgir des souvenirs douloureux que tous prefereraient oublier.

  • Yaaba

    Idrissa Ouedraogo

    Bila, un enfant d'une dizaine d'années, observe avec espièglerie la vie de son village moré au Burkina-Faso. Il se prend d'amitié pour Sana, une vieille femme que le femme tient à l'écart, l'accusant de sorcellerie. Petit à petit, une complicité naît entre ces deux êtres que tout sépare...

  • Été 1985, à Ménilmontant. Jacques et Jacqueline sont mariés depuis quarante ans. Leur vie commune balance entre la tendresse et l'agacement. Aujourd'hui, l'atmosphère est à l'orage et leur fils, Bernard, débarque à l'improviste avec sa nouvelle amie...

  • Michel, professeur de mathématiques à la retraite, vit seul depuis la mort de sa femme et occupe ses journées à l'écriture d'un essai sur les croyances qui façonnent la vie quotidienne. Un jour, il recueille Dora, une jeune femme sans domicile fixe, qu'il trouve blessée sur le pas de sa porte et l'héberge le temps de son rétablissement. Sa présence ramène un peu de fraîcheur dans la vie de Michel, mais peu à peu, l'appartement devient le théâtre de phénomènes mystérieux.

  • Léon, tailleur timide et rêveur du Faubourg Saint-Antoine, travaille et vit dans son appartement avec sa soeur, Marie. Celle-ci, concubine de Maxime, y exerce officiellement comme voyante, mais Léon apprendra que c'est une couverture pour vendre ses charmes, et que Maxime est également son souteneur. Marie fait la connaissance d'Arlette, une jeune provinciale débarquée de Morlaix, arrivée à la capitale par désespoir, et l'accueille. Léon en tombe secrètement amoureux.

  • Alors que sévit la première Guerre du Golfe, le cinéaste voyage de Provence en Grèce, sur les traces des civilisations anciennes... Delphes, Bassa, le métro, l'aéroport, les poèmes de Yannis Ritsos, les citations d'Homère, de Claudel, d'Euripide, de Ponge, les amis grecs et les combats en Irak, tout se mêle en un superbe carnet de notes philosophiques et poétiques...

  • Bamako, Mali. De 1950 à nos jours, Malick Sidibé est un photographe de quartier infatigable. Toute la ville est passée par son studio, et toutes les surprises-parties des années 1960 ont été immortalisées sous ses flashs. Au début des années 1990, le trésor de ses trois cent mille négatifs est découvert. Malick se retrouve en un clin d'oeil sur le devant de la scène artistique internationale, de New York à Tokyo, en passant par la Suède (il est lauréat du prix de la photographie Hasselblad en 2003) et par Venise (où il obtient le "Lion d'or" en 2007).
    Ce documentaire entend à la fois faire découvrir cette oeuvre fascinante et proposer un voyage dans les coulisses de cette aventure humaine.

  • Survivre à sa vie

    Jan Švankmajer

    Eugene vit une double vie, partagee entre le monde reel et les moments rêvés. Un jour, il se rend chez un psychanalyste qui entreprend l'interpretation de ses rêves et lève le voile sur son enfance d'orphelin.

  • Révoltée contre son milieu familial, une jeune fille se croyant mal aimée par les siens préfère le suicide à une vie qu'elle se sent incapable d'assumer.

  • Depuis plus de vingt ans, Mathieu Pernot photographie la famille Gorgan, Roms installés en périphérie d'Arles. Un jour, un double événement surgit et la nécessité de faire un film pour raconter cette histoire s'impose. Dikhav est ce film.

  • Camille ramasse le téléphone portable que Suzy a perdu dans une gare. Quand Suzy appelle son propre numéro, elles conviennent d'un rendez-vous chez Camille pour que la jeune femme puisse récupérer son bien. à cette occasion, Suzy fait aussi la connaissance de Clara, la compagne de Camille. Elles sont interrompues par Fabrice, amant éconduit de Suzy, ivre, qui essaie de ramener la jeune femme à lui. Clara emmène Suzy se cacher dans un appartement au-dessus du leur, où loge déjà l'étrange "Tonton"", vieux sage épris de yoga. Camille tâche de calmer Fabrice... C'est dès lors un étrange chassé-croisé qui commence et peu à peu, chacun trouve sa propre voie vers le bonheur, sa propre place dans le jeu des sentiments.

empty