Inconnu

  • Le Shiatsu

    • Inconnu
    • 19 Mai 2006
  • Au travers des messages d'activistes, de biologistes, de philosophes ou de gardiens de traditions anciennes, Marc et Nathanaël nous invitent à partager leur remise en question, interrogent nos visions du monde et présentent les alternatives qui construisent déjà le monde de demain.
    Un voyage initiatique qui redonne confiance dans notre capacité à porter le changement en nous-mêmes, et dans la société.
    Avec la participation de Vandana Shiva, Satish Kumar, Pierre Rabhi, Trinh Xuan Thuan, Frédéric Lenoir, Arnaud Desjardins, Samdong Rinpoche, Hervé Kempf, José Luis Tenoch Perez, Bruce Limpton, Marianne Sébastien...

  • Cresus

    Giono Jean

    • Inconnu
    • 20 Novembre 2007

    En 1946, en Provence, un berger simple d'esprit découvre une bombe de la Seconde guerre mondiale. Il s'aperçoit bientôt que l'engin est rempli de billets de banque...

  • L'alibi

    Chenal Pierre

    Afin de ne pas être soupçonné d'un assassinat qu'il vient de commettre, Winckler, un télépathe de music-hall, a échafaudé un plan qu'il croit parfait.
    En offrant une forte somme d'argent à Hélène, une entraîneuse, il persuade cette dernière de lui fournir un alibi en révélant à la police qu'elle a passé la nuit avec lui.
    Le commissaire Calas, en charge de l'enquête, est cependant très vite convaincu du mensonge d'Hélène.
    Dans l'espoir de lui soutirer des aveux, il demande à l'un de ses hommes, l'inspecteur Laurent, de la séduire, pour que par amour, elle en vienne à trahir Winckler.


  • Trois femmes

    Altman Robert

    Au coeur de la Californie désertique, Pinky Rose, tout juste dix-huit ans, est engagée comme aide-soignante dans un sanatorium. Millie Lammoreaux, vingt cinq ans, est chargée de la former. Millie prend rapidement Pinky sous sa coupe et l'invite à partager son petit appartement. Pinky est totalement fascinée par l'idéal féminin que représente Millie. Mais à la lecture du journal intime de Millie, Pinkie est totalement bouleversée.

  • Océanie

    Belmont Charles

    • Inconnu
    • 22 Janvier 2019

    Pour le Festival des Arts du Pacifique de l'an 2000 en Nouvelle Calédonie deux mille danseurs, chanteurs, musiciens, comédiens ont accosté de tout le Pacifique : danses et chants, théâtre en langue ancienne, ateliers, rencontres entre les mythes fondateurs et les visions du futur, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, du Vanuatu, des Fidji, de Guam, d'Hawaï. En dialogue avec Marie-Claude Tjibaou, la veuve du leader kanak, Ariane Mnouchkine en femme de théâtre découvre et interroge ces artistes exceptionnellement rassemblés de l'immense Pacifique.

  • Une pluie sans fin

    Dong Yue

    • Inconnu
    • 28 Novembre 2018

    1997. À quelques mois de la rétrocession de Hong-Kong, la Chine va vivre de grands changements. Yu Guowei, le chef de la sécurité d'une vieille usine, dans le Sud du pays, enquête sur une série de meurtres commis sur des jeunes femmes. Alors que la police piétine, cette enquête va très vite devenir une véritable obsession pour Yu. puis sa raison de vivre.

  • Mes Sept Lieux

    • Inconnu
    • 27 Janvier 2016

    " 'Mes sept lieux' commence au moment où je suis expulsé de plusieurs lieux qui me sont chers. Qui me servent tout aussi bien de domiciles que de lieux de vie et de travail. C'est le début de mon errance urbaine que me fera faire en dix années un périple de trois cent mille kilomètres avant de revenir tout près de mon point de départ. Une aventure physique autant que métaphysique. Fragments de films documentaires, de journal intime, de notes de chevet, de bouts de fiction, 'Mes sept lieux' est un essai sur le temps qui passe, agrémenté d'un fatras de réflexions légères et graves, en définitive une tentative tout simplement d'exister. Quatrième épisode de ma fiction autobiographique, 'Babel', commencée en 1983." Le coffret 'Mes sept lieux' comprend 2 DVDs et un livre (en français) de 136 pages édité par Yellow Now/Côté Cinéma. Boris Lehman - Mes Sept Lieux (trailer) from RE:VOIR on Vimeo.

  • The Sixties Quartet

    • Inconnu
    • 17 Décembre 2012

    SCENES FROM THE LIFE OF ANDY WARHOL: FRIENDSHIPS AND INTERSECTIONS, 1990, 35? Jonas Mekas est connu pour ses rapides journaux filmés. Ses Scenes from the Life enregistrent non seulement Andy Warhol, mais aussi l?excitation sociale et culturelle qui tourbillonait autour de lui, palpitant aux rythmes hypnotiques du Velvet Underground.  ZEFIRO TORNA OR SCENES FROM THE LIFE OF GEORGE MACIUNAs, 1992, 35? « Bouts d?événements et de performances de Fluxus, et pique-niques avec des amis (Almus, Andy Warhol, John Lennon, Yoko Ono, etc.), le mariage de George et des séquences que j?ai prises de lui à l?hôpital de Boston trois jours avant sa mort. »    - -J.M. HAPPY BIRTHDAY TO JOHN, 1995, 24? avec JOHN LENNON AND YOKO ONO « Le 9 octobre 1972, la moitié du monde de la musique s?est réunie à Syracuse, N.Y., pour fêter l?ouverture du John Lennon/Yoko Ono Fluxus show, une création de George Maciunas. Le même jour, un groupe, plus petit, s?est réuni dans la chambre d?un hôtel pour fêter l?anniversaire de John. » - J.M. THIS SIDE OF PARADISE, 1999, 35? avec JACKIE, CAROLINE AND JOHN KENNEDY JR «J?ai eu la chance de pouvoir passer plusieurs étés en compagnie de Jackie Kennedy, de sa s½ur Lee Radziwell, de leur famille et de leurs enfants. Le cinéma constituait une part intégrale, inséparable et à vrai dire un élément-clé de notre amitié. »- J.M. 16mm ? couleur / NB ? 129'DVD PAL INTERZONEcontient un livre de 28 pages

  • Un coffret coproduit par RE:VOIR Vidéo et les éditions Yellow Now.Le coffret comprend: Trois DVD (double couche) / durée 6'20Un livre de 160 pagesUne affiche-programme Le film : Babel raconte la vie quotidienne d?un cinéaste (Boris Lehman) errant dans sa propre ville (Bruxelles), qui cherche à partir au Mexique sur les traces d?Antonin Artaud, chez les Indiens tarahumaras. C?est un film sur l?amitié et l?intimité, écrit à la première personne, qui place Boris et Bruxelles au centre de l?univers, figuré par la spirale de la mythique tour. C?est le journal intime et l?autoportrait de Boris Lehman qui se met en scène et joue son propre rôle à l?écran (comme la centaine de personnes qui ont accepté d?être « babelisées »). Le livre : au sommaire, l?intégralité de la voix off, quelques extraits des dialogues, cinq textes inédits (Juliette Achard, Mario Brenta, Serge Daney, Messaline Raverdy, Boris van der Avoort) et 115 illustrations en couleur (documents, pho- togrammes, dessins, manuscrits). L?affiche-programme : pour suivre dans le temps et dans l?espace l?itinéraire du cinéaste dans le film. (Lettre à mes amis restés en Belgique) (1983-1991) 16mm / couleur / 380' / 1991

  • La grande guerre

    Monicelli Mario

    • Inconnu
    • 18 Septembre 2007

    Deux hommes ordinaires, se trouvent engagés malgre eux dans la Grande Guerre. Plutôt que de trahir leurs camarades, ils choisissent d'etre fusillés par les Autrichiens.

  • L'impÉratrice rouge

    Von Sternberg Josef

    • Inconnu
    • 6 Décembre 2016

    Comment la jeune princesse Sophia Frederica devient la grande Catherine II de Russie. Face aux folies de la cour, celle-ci se laissera séduire par Alexei puis par le chef des gardes du palais, Orloff.

  • Rock Hudson's home movies

    Rappaport Mark

    • Inconnu
    • 12 Septembre 2018

    "Mark Rappaport, new-yorkais d'origine, a travaillé comme monteur avant de réaliser ses propres films, parmi lesquels on peut citer The Scenic Route (1978), Impostors (1980), Postcards (1990) et Exterior Night (1994). Ses films-essais incluent Rock Hudson's Home Movies (1992), From the Journals of Jean Seberg (1995) et The Silver Screen / Color Me Lavender (1998). Nombre de ses articles sur le cinéma ont été publiés dans Trafic au fil des ans, ainsi que dans Cinéma. Le spectateur qui en savait trop est le premier recueil de ses écrits. En 2008, son film fait de photomontages est projeté pour la première fois au Lincoln Center à New-York, dans le cadre du New-York Film Festival. Mark Rappaport vit actuellement à Paris.
     
    Rock Hudson's Home Movies
    Les Home Movies de Rock Hudson sont un film collage dont la véritable star est le « passage choisi ». C'est une révision de l'histoire du cinéma qui réexamine les films de Rock Hudson a la lumière de ce que tout le monde sait de lui, maintenant-essentiellement qu'il était homosexuel et qu'il est mort du sida. Rock Hudson est un paradoxe unique-le paradigme de la virilité a l'écran qui se trouve être un homosexuel. La construction fictive qu'était Rock Hudson se transforme en texte a lire ou a relire de bien des manières-mais tous les chemins mènent a Rome. Rock Hudson fut prisonnier tout autant que pourvoyeur d'une stratégie et de stéréotypes sexuels. C'est un prisme à travers lequel on peut explorer les postulats de la sexualité, le codage du genre, le jeu de rôle sexuel dans les films de Hollywood et, par extension, dans l'Amérique des années cinquante et soixante.

  • Faire des photos, et faire des films, est une façon de toucher quelqu'un. Les gens sont devenus le thème majeur de mes collections. Collectionner ressemble fort à un acte de foi. C'est un acte de création, un moyen de se connaître en même temps q'une occasion de prendre part aux passions d'autrui. Les photographies -et les films- cherchent le contact, et elles le trouvent. Depuis quelques années, je raconte l'histoire de mes amis ainsi que ma propre histoire. On pourrait dire que je fais un roman. Un roman avec des photos, des films, des cahiers, des dessins, des cartes postales, et encore une foule de choses que je collectionne, que j'accumule dans un vaste mais fragile musée sentimental et imaginaire. Cette façon de faire implique le don de soi (le sacrifice ?), la confrontation avec les autres (l'amour ?), la remise en question permanente de son être et de son paraître. L'amitié est devenue pour moi un langage. Grâce à l'acte photographique -et cinématographique- les amis photographiés -ou filmés- deviennent pour un moment des stars. Gloire éphémère certes, mais c'est le propre de la vie. Ainsi, depuis ce paradis perdu que nous nous entêtons à essayer de retrouver, nous cherchons à produire des images et des ombres dans les ondes de lumière et les poussières du temps, à croire en une magie qui peut accomplir les miracles brefs et éphémères. Histoire de ma vie racontée par mes photographies - Boris Lehman (trailer) from RE:VOIR on Vimeo.

  • Michael Snow : Presents

    • Inconnu
    • 4 Octobre 2010

    Cinéaste, vidéaste, sculpteur, photographe, et musicien, Michael Snow (Toronto, 1929) est une figure importante de la création contemporaine. Son ½uvre a fait l'objet de nombreuses rétrospectives à travers le monde et son approche conceptuelle se prête aux regroupements entre les formes artistiques. À chaque ½uvre, il nous convie à une expérience de question-nement et de contemplation, née d'une oscillation entre ce qui est représenté, le processus et la matière.  « Ce qui semble, à première vue, être une rayure au début de Presents ouvre littéralement un film à l'intérieur du film. Lorsque la figure du film s'éveille et devient une femme dans un "vrai" décor irréel, la satire bouffonne du cinéma structural commence. Ce n'est pas la caméra qui se déplace, mais le décor entier, dans ce premier volet d'une série de trois "investigations" sur les mouvements de caméra. Dans le second volet, la caméra envahit littéralement le décor ; une plaque de plexiglas placée devant le chariot de la caméra brise tout ce qui est devant elle en traversant l'espace. Finalement, ce monstre de formalisme force le mur du décor et le film enchaîne sur un montage rythmé de plans où il zigzague sur des lignes de force et des champs de vision mouvants, tel l'|il dans la nature. Snow nous pousse à accepter des moments présents de visible, mais l'unique coup de tambour coïncidant avec chaque coupe dans cette partie élégiaque annonce à chaque instant la disparition irréversible de la vie. » - Philip Monk, Art Express

  • La porte du paradis

    Cimino Michael

    • Inconnu
    • 1 Juin 2014

    Deux anciens élèves de Harvard se retrouvent en 1890 dans le Wyoming. Averill est shérif fédéral tandis que Billy Irvine, rongé par l'alcool, est membre d'une association de gros éleveurs en lutte contre les petits immigrants venus pour la plupart d'Europe centrale. Averill s'oppose à l'intervention de l'association sur le district et tente de convaincre son amie Ella, une prostituée d'origine française, de quitter le pays.

  • Coffret Jane Campion

    Campion Jane

    • Inconnu
    • 1 Janvier 2016

    Films :
    Holy Smoke; La lecon de piano; Portrait de femmes; Bright Star; In the cut; Un ange à ma table; Sweetie; Two friends


    Série :
    Saison 1 de TOP Of the lake

    Courts métrages :
    After Hours; Passionless Moments; Peel; A girl's own story; The water Diary; The lady Bug; Tissues

  • Dreaminimalist

    • Inconnu
    • 27 Août 2012

    Contient un livret de 24 pages par Victor Gresard. "Marie Losier est aujourd'hui la cinéaste-portraitiste la plus effervescente et la plus précise psychologiquement. Ses films se tortillent avec l'énergie et la douceur d'un baril cassé plein de vers de sucre !" Guy Maddin THE FLICKER, Tony Conrad, 16mm, noir et blanc, 1966, sonore, 30' TONY CONRAD: DREAMINIMALIST, Marie Losier, 16mm, couleur, 2008, son, 26'

  • Jacques Perconte - Paysages

    • Inconnu
    • 4 Janvier 2019

    Blu-Ray Jacques Perconte - Paysages, 77', contient 4 films (UISHET, APRÈS LE FEU, IMPRESSIONS, CHUVA) et un livret de 44 pages. "Comme rien de la machine ne lui est étranger, Jacques Perconte sait pousser celle-ci à ses limites, penser à partir de ses insuffisances, créer en fonction de ses erreurs. La machinerie informatique pour lui n'est pas fidèle au monde en ce qu'elle serait capable d'en enregistrer et traiter les apparences, mais parce qu'elle peut dégager des vibrations, en particulier chromatiques, non pas mimétiques, mais analogues aux vibrations du réel."- Nicole Brenez

  • Jacques Perconte - Corps

    • Inconnu
    • 4 Janvier 2019

    DVD Jacques Perconte - Corps, 77', contient 3 films (SNSZ, UAOEN, ISZ) et un livret de 44 pages. "Comme rien de la machine ne lui est étranger, Jacques Perconte sait pousser celle-ci à ses limites, penser à partir de ses insuffisances, créer en fonction de ses erreurs. La machinerie informatique pour lui n'est pas fidèle au monde en ce qu'elle serait capable d'en enregistrer et traiter les apparences, mais parce qu'elle peut dégager des vibrations, en particulier chromatiques, non pas mimétiques, mais analogues aux vibrations du réel."- Nicole Brenez

  • L'Ange Dvd/Blu-Ray

    • Inconnu
    • 22 Décembre 2017

    Le premier long-métrage de Patrick Bokanowski (1977-1982), réédité et remastérisé (scan 2K) dans un combo DVD-Blu-Ray. « Maître de mon univers ? Je ne peux pas dire ça. Je me demande même si les commencements, lorsqu'on ne maîtrise pas grand-chose, ne sont pas le plus féconds, justement du fait même de ces méconnaissances techniques qui autorisent beaucoup de choses. »- Patrick Bokanowski « [?] Patrick Bokanoswki dessine et peint régulièrement les yeux fermés. Il s'agit de se laisser guider par la main, le geste, le corps et l'intuition plutôt que par la vision intellectuelle de ce qui est en train de se produire. »- Pip Chodorov « L'Ange est là est n'est pas là. [?] Il ne règne pas sur le monde dispersé dans lequel on croit parfois le percevoir. Il n'annonce rien. Il n'est sans doute le messager de personne, sinon de l'énigmatique lumière, sinon d'un feu caché. »- Gilbert Lascault, '' Métamorphoses de la lumière '', Le Monde, 08/04/1984. ___ '' L'Ange '' ; Patrick Bokanowski (1977-1982), 35mm, nouvelle version restauré (2016 ? scan 2K), coul., son. Stéréo, 70'. Bonus :Deux documentaire sur le cinéaste, par Jean-Claude Lubtchansky : '' Un créateur de l'imaginaire : Patrick Bokanowski - Hiéroglyphes '' & '' Ciné-Court '', 1975 & 1977, ©INA Une interview de Michèle Bokanowski, extraite de '' Court-circuit n°180 '' et réalisé par Lorenzo Recio pour ©ARTE France ? MK2TV (2004) Le livret comprend un texte introductif à '' L'Ange '' par Jayne Pilling, un entretien du cinéaste avec Dominique Païni, ainsi qu'une interview mené par Scott MacDonald. Vous y trouverez également des reproductions de nombreux documents préparatoires à l?½uvre (croquis, maquettes, etc.)

  • C?est en 1990 que Karel Doing alors étudiant, décidera de créer le Studio één. L?histoire des avant-gardes artistiques, mais aussi des mouvements « underground » et de la contre-culture, semble achevée. L?essor de la vidéo et notamment son utilisation en école vient concurrencer l'utilisation du Super8. En opposition à ces nouvelles techniques, Karel Doing et ses deux camarades de l?École des Beaux-Arts d?Arnham, Saskia Fransen et Djana Mileta, vont penser un lieu, promouvoir l?invention du savoir faire et du DIY (Do it Yourself) avec au départ l?utilisation majeure du Super8. Dans ce contexte particulier de changement d?époque le Studio één voit alors le jour. Véritable espace de travail, Karel Doing, Djana Mileta et Saskia Fransen le développent grâce à un réseau de festivals, galeries et autres « workspaces ». Ils achètent des tireuses à un laboratoire professionnel qui était en train de fermer et apprennent seuls, par nécessité, à réaliser le traitement chimique. Le Studio één ne tarde pas à se faire connaître et accueille nombre d?artistes qui viennent se retrouver, travailler, échanger autour de l?utilisation du Super 8, du 16 mm mais aussi expérimenter les diverses formes narratives et sonores. Certains auront d?ailleurs en parallèle une carrière musicale comme Joost Rekveld. Après 7 années à Arnhem, Studio één déménage à Rotterdam où il connaitra un certain succès qui incitera nombre d?artistes à créer leurs propres laboratoires, lieux de recherche et de pratique sur le cinéma expérimental. Le Studio één n?existe plus mais le laboratoire continu son activité à Rotterdam sous le nom de Filmwerkplaats ayant pour fonctions principales la recherche de nouvelles expérimentations et créations filmiques tout en promouvant les films des artistes membres ainsi que d?artistes invités. Cette édition DVD réunit une sélection de réalisateurs néerlandais qui ont joué un rôle décisif dans les débuts du Studio één de 1992 à 1996. Le livret qui accompagne les films rassemble une interview de chacun des réalisateurs.- texte par Mathilde Bila ?"?Quand j?ai découvert l?existence du Studio één, je n?en revenais tout bonnement pas qu?il puisse exister un endroit pareil - et d?ailleurs c?est amusant parce qu?il arrive que des gens me fasse?nt? la même remarque au sujet de mon labo. À mon arrivée à Arnhem, je me suis dit: c?est fantastique, partout ailleurs ils n?ont plus que des ordinateurs, mais ici ils ont conservé toutes les anciennes machines. C?est vite devenu un objectif pour moi: j?ai su instantanément qu?après mes études, j?aurais envie de continuer à travailler avec des méthodes similaires.?"?-Frank Bruinsma ?"?J?ai appris à traiter les films à Louvain en 1994, à l?occasion d?un atelier, et c?est comme cela que je suis rentré?e? en contact avec le Studio één. C?est là, aussi, que j?ai rencontré d?autres cinéastes qui travaillaient d?une façon similaire. Cela a été une période très enrichissante de ma vie. Ça a compté beaucoup qu?il y ait tout un groupe réuni par le même rapport au film.?"?-Barbara Meter

empty