Documentaire

  • Signer

    Nurith Aviv

    Dans son film Signer, Nurith Aviv s'aventure dans un champ peu connu, celui des langues des signes. Ces langues sont diverses, chacune a sa grammaire, sa syntaxe, complexe et riche. Trois générations de protagonistes, sourds et entendants, mais aussi les chercheuses du Laboratoire de Recherche de Langue des Signes de l'université de Haïfa, s'expriment sur des langues qui ont émergé en Israël au siècle dernier, rejoignant les questions chères à Nurith Aviv de la langue maternelle, la traduction, la transmission. Une invitation à élargir notre perception des langues humaines.

  • Contient :

    - Auschwitz - L'album de la mémoire
    Souvenons-nous de tous ceux qui sont disparus. Rendons hommage à ceux qui sont revenus. Le devoir demémoire est plus que jamais nécessaire... A l'occasion du 60ème anniversaire de la libération des camps de concentration, deux documents poignants recueillent les témoignages des survivants.

    - La dernière femme du premier train (2014)
    Durant une quinzaine d'année, Daniel Friedmann a filmé Hilda Hrabovecka, dernière survivante du premier convoi de femmes juives tchécoslovaques arrivé à Auschwitz le jour de l'ouverture du camp des femmes, le 26 mars 1942. Elle y restera jusqu'à la destruction d'Auschwitz par les nazis en janvier 1945 et participera à l'une des marches de la mort jusqu'au camp de Ravensbrück dont elle fut libérée en mai 1945. A travers son récit riche d'anecdotes, Hilda nous dévoile les relations entre les déportés ainsi qu'avec les SS et les conditions de vie au camp. A partir d'images d'archives, Daniel Friedman met également en lumière la politique antisémite de l'état slovaque qui subventionna la déportation des juifs tchécoslovaques vers l'Allemagne. Aujourd'hui âgée de 90 ans, Hilda vit à Bratislava.

    - Festins imaginaires (2015)
    Du camp de Ravensbrück en Allemagne au Goulag de Potma en Russie en passant par le camp de Kawasaki au Japon, ces recettes ont été écrites par des déportés de toutes origines au péril de leurs vies. À travers l'écriture, ces prisonniers ont permis à leurs différentes cultures de dialoguer et de continuer d'exister.

    - Ce qu'ils savaient : Les alliés face à la Shoah (2012)
    Au printemps 1945, le monde entier découvre avec horreur les abominables images des camps d'extermination. Il est pourtant désormais incontestable que les responsables alliés savaient très tôt ce qui se tramait dans les camps d'extermination. Comment expliquer cette passivité qui désespéra tout un peuple ?

    - Tzedek : les justes (1994)
    Les Justes, ce sont ces simples citoyens qui, souvent au risque de leur vie, ont sauvé avec courage et abnégation près de 500 000 juifs en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Cinquante ans après, Marek Halter est parti à leur recherche. De Varsovie à Lyon, de Sarajevo à Annecy, jusqu'à Istanbul et Tokyo. Il nous guide dans ses rencontres, et nous fait découvrir pour la première fois les visages et les témoignages de ces héros de l'ombre.

  • Un coffret réunissant des films incontournables, inédits et de qualité sur des géants du cinéma tels que Alfred Hitchcock, Orson Welles, Franck Capra, Ernst Lubitsch , sur la censure, le sexe, le rôle éminent des femmes, la politique et les icônes dans le cinéma...

  • Ce coffret réunit les 12 meilleurs numéros de la célèbre émission littéraire animée par Bernard Pivot chaque vendredi soir à 21 h 30 (de 1975 à 1985) sur Antenne 2 entre le 10 janvier 1975 et le 22 juin 1990. Parmi les invités : BHL, Bernard Clavel, Umberto Ecco, Bigeard, Le Clezio, Georges Brassens...

  • Le "sorcier blanc" le plus connu du monde est de retour! Un des pères de la Nouvelle Vague, du cinéma léger et de la caméra de contact et l'inventeur de l'anthropologie visuelle. Initiateur du "Cinéma-Direct" dit "Cinéma vérité", Jean Rouch marqua l'histoire du 7ème art ainsi que les cinéastes de la nouvelle vague. Avec 30 films rares et inédits de Jean Rouch et 3 films sur le réalisateur édités à l'occasion du centenaire de la naissance de ce dernier, ce coffret permet d'effleurer la légèreté du cinéma de ce grand pionner.

  • Robert Bober se plonge dans la mémoire de son arrière grand-père qui a vécu dans une Vienne moderne et cosmopolite, dont la réputation fut façonnée par les écrivains Stefan Zweig, Joseph Roth et Arthur Schnitzler. Au-delà de cette recherche d'identité et de ce double portrait mêlant l'histoire de son aïeul et celle de la brillante intelligentsia juive du début du XXe siècle, Robert Bober, aujourd'hui âgé de 82 ans, évoque l'effondrement de l'Empire des Habsbourg, la naissance et la montée en puissance du national-socialisme jusqu'à l'Anschluss qui mit fin à la Vienne capitale culturelle de l'Europe.

  • #JR

    Daniel Albin, Serge July

    De New York à Shanghai, du mur israélo-palestinien à la frontière américano-mexicaine, il a collé ou installé ses photos géantes dans des dizaines de pays et associé à ses projets des centaines de milliers d'inconnus. Avec l'active collaboration de l'artiste, le documentaire "#JR" retrace l'aventure extraordinaire de cet activiste de l'art, dont les interventions spectaculaires sont autant de manifestes humanistes, pacifistes ou mémoriels, relayés par sa très forte implication sur les réseaux sociaux.

  • Il y a quelque chose d'impudique à parler de l'écriture pour quiconque y a consacré sa vie. C'est donc avec une certaine douleur que Duras nous livre ses impressions sur l'écriture, se livrant toute entière dans cet entretien. L'écrivain fait un pas quand il prend la plume, mais c'est un autre obstacle qu'il franchit lorsqu'il livre son oeuvre en pâture, à un ami, un parent, un éditeur... Alors parler de son rapport à l'écriture, dévoiler les lieux de l'écrit, les malaises de l'écrivain.

  • Paris 1960. Alors que la guerre fait rage en Algérie et que le Congo lutte pour son indépendance, Edgar Marin, sociologue, et Jean Rouch vont enquêter sur la vie quotidienne de jeunes parisiens pour tenter de comprendre leur conception du bonheur...

  • Loin des documentaires classiques, ses films sont empreints d'une sensibilité contemplative tout en restant dans la mouvance du "cinéma vérité" : dans une atmosphère intime, sa caméra semble nous dévoiler l'âme de ses protagonistes. Une édition complète des films de Jean Gaumy avec "La Boucane" (1984), "Jean-Jacques" (1987) et "Marcel : prêtre" (1995).

  • Avec Le Salaire de la peur, Les Diaboliques, Quai des orfèvres, Henri-Georges Clouzot a été un maître du suspense et a su faire des névroses humaines un spectacle palpitant. S'il a influencé des cinéastes contemporains majeurs (Friedkin, Spielberg), Clouzot reste sous-considéré en France. Or il est bien un auteur, avec une vision du monde singulière, l'un des rares à avoir réussi la fusion entre une culture française d'étude des personnages et une culture anglo-saxonne du grand spectacle. En se penchant sur sa vie romanesque et son œuvre, on découvre un homme insaisissable, touche-à-tout, inventif. Faire le protrait d'Henri-Georges Clouzot, c'est faire le portrait d'un visionnaire, d'un agitateur, d'un artiste contre le système.

  • Au Cambodge, sous les khmers rouges, S21 était le principal "bureau de la sécurité". Dans le centre de détention et d'élimination situé au coeur de Phnom Penh, près de 17.000 prisonniers ont été torturés, interrogés puis exécutés entre 1975 et 1979. Trois d'entre eux seulement sont encore en vie... Pendant près de trois ans, Rithy Panh et son équipe ont entrepris une longue en quête auprès des rares rescapés, mais aussi auprès de leurs anciens bourreaux. A ce jour aucun responsable khmer rouge n'a été jugé.

  • Serge Daney a été collaborateur des "Cahiers du cinéma", avant d'en devenir rédacteur en chef dans les années 70, puis responsable des pages cinéma et éditorialiste de "Libération". Il fut aussi l'un des fondateurs de la revue de cinéma "Trafic". En 1992, dans ces entretiens avec Régis Debray pour l'émission "Océaniques", celui qui, en référence à Henri Langlois (parce qu'il est un "enfant de la Cinémathèque"), se définit comme un "ciné-fils", fait défiler sa vie et les films qui l'ont vu grandir. En racontant le cinéma américain (Hawks, Hitchcock...), la "qualité française", la nouvelle vague, Mai 68 et la politisation de la cinéphilie, ou encore l'irruption de la télévision et l'ère des médias de masse, Serge Daney nous lègue une morale et une mémoire de l'image.

  • Ce coffret contient :
    - Dans une 2 CV bringuebalante, Lam, surnommé M. Poulet, s'en va en brousse chercher les poulets qu'il vendra à Niamey. Assisté de Tallou et Damouré, il espère faire des affaires juteuses. Mais les imprévus s'accumulent, les poulets sont introuvables, le fleuve Niger difficile à traverser. Et une diablesse ne cesse de jeter des sorts...
    - Epopée fluviale au cours de laquelle les pêcheurs Sorko chassent au harpon les hippopotames du fleuve Niger. Une compétition magique entre l'animal et l'homme...
    - Document ethnologique et bouleversant témoignage sur les funérailles d'un jeune noyé en pays dogon, falaise de Bandiagara au Mali...

  • Engagés, insurgés et surtout solidaires : en 68 des cinéastes tournent au coeur des luttes, de l'intérieur même des événements. Mai 68 est non seulement leur sujet mais plus encore leur projet : celui d'un cinéma collectif, partie prenante de l'Histoire. Rarement montrés, voire occultés, ces films sont inestimables. Archives cinématographiques du mouvement, ils disent ses aspects ouvriers, paysans, immigrés même. Oeuvres d'opérateurs inspirés, ces films signent l'apogée du cinéma direct : un printemps de cinéma dont l'onde de choc durera dix ans.

  • Frederick Wiseman, pionnier du cinéma documentaire, a installé sa caméra durant douze semaines au coeur du Ballet de l'Opéra de Paris. Des ateliers de couture aux représentations publiques où brillent les étoiles, La Danse nous entraine dans les coulisses de la prestigieuse institution et nous montre le travail de tous ceux qui donnent corps au quotidien à des spectacles d'exception. Frederick Wiseman innove et dévoile la face cachée d'une compagnie d'excellence sous tous ses aspects.

  • Retrouvez, dans ce coffret dédié à Nusrith Aviv, les films suivants : Traduire, Langue parlée, langue sacrée, D'une langue à l'autre, Vaters Land et L'alphabet de Bruly Bouarbé.

  • A 97 ans, du haut de ses 1,90m, Pierre Soulages est solide comme un roc. L'esprit alerte, la main toujours sûre, il est l'un des derniers mythes vivants de la peinture abstraite. Pour ce documentaire, Stéphane Berthomieux nous propose de vivre l'expérience de la lumière qui vient du noir en parvenant à conjuguer trois niveaux de récits : les archives, les témoignages mis en scène et les voix-off. Cette approche à la fois biographique et poétique nous permet de découvrir la place de Soulages dans l'art des XXe et XXIe siècles tout en prenant conscience de la modernité de sa peinture, de la puissance de son noir et de l'énergie qui s'en dégage. De la science à l'émerveillement, et avec comme trame centrale l'Outrenoir, nous suivons Soulages dans sa quête de la lumière. Ce documentaire apparaît comme un hommage à une oeuvre puissante et à un homme intemporel.

  • Frédéric Rossif et Philippe Meyer retracent la terrible fresque de la Seconde Guerre Mondiale. De la montée en puissance d'Hitler (1933) à la défaite nazie (1945), cette page d'histoire est illustrée par un grand nombre de documents inédits et de témoignages bouleversants.

  • Reprise

    Hervé Le Roux

    Au début c'est une photo, une photo dans une revue de cinéma. Une jeune femme brune, révoltée, qui crie. Nous sommes en juin 68, c'est la reprise du travail aux usines Wonder, après la grève de mai. Deux étudiants de l'IDHEC filment la scène. Ce fameux film de 10 minutes a tout de suite été considéré comme LE film des évènements et comme l'une des réalisations majeures du cinéma direct. Plus de trente ans après, hanté par le visage et la voix de cette femme, Hervé Le Roux est parti à sa recherche. "Reprise" est le récit de cette quête, jalonnée de rencontres avec ceux qui furent les témoins de l'époque.

  • Trois heures de tête à tête avec Jean-Paul Sartre : chez lui, entouré de ses camarades de la revue "Les Temps Modernes", des comédiens François Périer, Serge Reggiani et de Simone de Beauvoir, l'écrivain se livre à une véritable autobiographie intellectuelle. Sartre n'élude aucune question, revient sur sa vie, son oeuvre, ses choix littéraires, philosophiques et ses prises de positions politiques. À travers l'histoire personnelle de l'homme Sartre, se dessine le portrait passionnant d'un bourgeois devenu intellectuel de gauche, d'abord écrivain philosophe témoin, puis acteur engagé d'une époque marquée par les événements historiques du XXe siècle...

  • René Girard, qui vient de rentrer à l'Académie française, est l'un des penseurs les plus originaux de notre temps. Longtemps considéré comme marginal dans le système universitaire français, il a fait sa carrière aux Etats-Unis et a su inspirer des chercheurs de tous horizons : économistes, anthropologues, critiques littéraires, philosophes, psychologues ou théologiens. Tous, dans le droit fil de ses analyses, ont décrit le rôle de la violence et du religieux dans la constitution de la culture. Dans cette série d'entretiens menés avec Pierre-André Boutang et Benoît Chantre, René Girard revient sur les grandes étapes de sa carrière et les livres qui l'ont jalonnée : "Mensonge romantique et vérité romanesque" (1961), "La violence et le sacré" (1972), "Des choses cachées depuis la fondation du monde" (1978), "Le bouc émissaire" (1982), "Je vois Satan tomber comme l'éclair" (1999) ou "Les origines de la culture" (2004).

  • Contant la fugue à travers les Cévènes de deux adolescents évadés d'un asile, Fernand Deligny nous présente un western montagnard dramatique d'un néoréalisme intégral. Il y révélait la vraie nature de son projet : vivre et penser au plus près de l'humain.

  • Biographie, entretiens, témoignages, le portrait passionnant d'un homme hors du commun. Paul Ricoeur est l'un des grands philosophes français du XXè siècle. Il est un exemple - rare - de ces intellectuels qui tentent de répondre au réel en penseurs et non en maîtres à penser. Passeur exemplaire, Paul Ricoeur se situe à la croisée de trois grandes traditions: la philosophie réflexive française, l'herméneutique allemande et la philosophie analytique anglo-saxonne, et propose une éthique engagée dans l'histoire...

empty