Dissidenz Films

  • Vinylmania

    Paolo Campana

    Emblème d'une époque musicale, le vinyle fait son grand retour. Paolo Campana, véritable obsédé du microsillon, est allé à la rencontre de passionnés de toutes générations. Vous pensiez que, dans notre monde numérisé, les disques vinyles étaient anachroniques, en voie de disparition ? Eh bien, détrompez-vous : ils se portent bien ! Comment expliquer ce renouveau ? S'agit-il d'une réaction à la culture du zapping représentée par l'iPod et le MP3 ? Quelque chose de l'ordre de la nostalgie ou de la quête d'identité ? Le réalisateur Paolo Campana, qui possède lui-même plus de trois mille vinyles, enquête sur ce qu'il considère comme un phénomène culturel. Un étonnant voyage dans lequel se croisent les témoignages de disquaires, de DJ, d'artistes, de collectionneurs, d'adolescents, d'experts, d'amoureux de la musique...

  • Dans les montagnes de Mindanao, aux Philippines, où les luttes territoriales, les querelles ethniques et la culture des clans déchirent les familles de génération en génération, dans un contexte de conflit armé généralisé, l'insécurité prédomine et chaque sortie devient un danger imminent. Jeune veuve, Satra est partagée entre le désir de venger la mort de son mari et celle de protéger les siens, la rivière séparant le terrain de sa famille de celle des Ismaels constituant le théâtre de toutes les rancoeurs, mais aussi de toutes les douleurs.

  • Dior et moi

    Frédéric Tcheng

    Au sein de la prestigieuse maison Dior, le lancement, en huit semaines seulement, de la première collection haute couture du nouveau directeur artistique Raf Simons, personnalité réservée et discrète, est un défi mais surtout une aventure humaine, collective, pleine d'humour et d'émotion, autour de la passion d'un métier. Loin des clichés inhérents à un univers réputé déconnecté de la réalité, où paillettes et excentricités ont souvent la part belle, c'est un portrait attachant des couturières et petites mains que livre la caméra attentive de Frédéric Tcheng, tout en levant le voile sur les contraintes économiques auxquelles doit faire face la Maison au quotidien. Un hommage tout en sensibilité et sobriété au travail d'une équipe dévouée, au service de la vision d'un créateur atypique qui fuit les projecteurs.

  • Ciao Ciao

    Song Chuan

    Ciao Ciao, une jeune femme chinoise ambitieuse, rend visite à ses parents dans son village natal, niché au coeur des montagnes. Elle n'a qu'un souhait : repartir au plus vite à Canton où l'attend son amie Li Li pour monter une affaire. Mais ses parents vieillissants ont besoin d'elle , ils lui demandent de rester. Elle hésite, d'autant plus qu'au village, elle est l'objet de toutes les convoitises. Tout particulièrement celle de l'orageux Li Wei, le fils désoeuvré du riche fournisseur local d'alcool frelaté...

  • Contient : - Pussy Riot : une prière Punk : Trois jeunes femmes : Nadia, Masha et Katia. Un procès retentissant. Un scandale planétaire. Six mois durant, les réalisateurs ont filmé ce collectif artistique féministe plus connu sous le nom de Pussy Riot, dont trois des membres ont été arrêtés pour une "prière punk" perpétrée dans la cathédrale de Christ-Sauveur à Moscou. Les témoignages des trois jeunes filles incarcérées et de leurs proches ainsi que les images du procès lui-même apportent un éclairage inédit sur un fait divers devenu affaire d'Etat au retentissement mondial. - Voïna : "Voïna Voïna" est un collectif artistique fondé par le couple Oleg Vorotnikov et Natalia Sokol, et dont sont issus deux des membres des Pussy Riot. Andreï Gryazev retrace ici plusieurs mois du quotidien du couple d activistes, qui évoluent entre la répression policière, la débrouille pour se loger et nourrir leur enfant Casper, et des actions publiques qui mettent en cause l'arbitraire de la Russie de Poutine. Présenté au Festival de Berlin, le film d'Andreï Gryazev est un témoignage brut sur l'appétit de contestation qui agite la Russie d'aujourd'hui. Il se double d'une réflexion déjantée sur l'art de mener une guerre des images par la performance, conçue comme une mise en danger permanente de l'artiste. Subversif, absurde et caustique, l'actionnisme de Voïna mêle l'intime et le public, et fait de la vie de ses auteurs un acte de résistance quotidienne.

  • Vol spécial

    Fernand Melgar

    Fernand Melgar porte son regard vers la fin du parcours migratoire, au centre de détention administrative de Frambois, où des hommes sont emprisonnés dans l'attente d'un renvoi du territoire helvétique. Leur demande d'asile a échoué, ils sont sommés de repartir après, pour certains, avoir passé plusieurs années en Suisse, travaillé, payé des impôts, fondé une famille. Si leur incarcération peut durer jusqu'à 18 mois, l'annonce du renvoi intervient quant à elle sans crier gare, et sa mise à exécution est imminente. Dans ce huis clos carcéral, la tension monte au fil des jours. Ceux qui refusent de partir seront menottés, ligotés et installés de force dans un avion. Dans cette situation extrême le désespoir a un nom : Vol spécial. Fernand Melgar s'est immergé pendant 9 mois dans le Centre de détention administrative de Frambois à Genève, l'un des 28 centres d'expulsion pour sans papiers en Suisse.

  • Khoa fait la chronique d'un voyage au Vietnam, en visite dans sa famille lointaine pour les festivités de fin d'année. Des lieux et des visages à la fois familiers et étrangers, des échanges mais aussi des non-dits. Le temps a passé, les kilomètres aussi. Face à la personnalité haute en couleurs de la grand-mère, portrait et autoportrait se mêlent avec autant d'humour que d'émotion. Et peu à peu, la quête individuelle se transforme en une expérience sensorielle et mémorielle, à travers une mosaïque onirique d'images et de souvenirs.

  • Artiste au chômage, Madame Wang vend des CD et des DVD au marché noir, à Pékin. Lorsque son mari, joueur invétéré, est envoyé en prison suite à une bagarre, elle retourne dans sa ville natale, dans la province de Guizhou. A la recherche d'un emploi, elle demande de l'aide à Youming, un ancien amant, qui lui suggère de devenir pleureuse professionnelle lors des cérémonies funéraires...

  • Suneung

    Su-Won Shin

    Yujin, élève de terminale promis à un avenir brillant, est retrouvé assassiné. Très rapidement, les soupçons se portent sur June, l'un de ses camarades de classe. Mais en remontant le fil des événements, c'est un univers d'ultra-compétition et de brutalité qui se fait jour au sein de ce lycée d'élite, où la réussite au "Suneung", l'examen final qui conditionne l'entrée des élèves dans les meilleures universités, est une obsession. Pour être parmi les premiers, certains sont prêts à tout, et même au pire...

  • Ki-tae, Dong-yoon et Hee-june (surnommé "Becky") sont inséparables depuis le collège. Mais un jour, l'un d'eux décède dans des circonstances mystérieuses. Le père du garçon, pris de remords à l'idée de ne pas avoir pu le sauver, décide de trouver les raisons qui se cachent derrière la mort de son fils et va à la rencontre de ses camarades de lycée. Il découvre peu à peu que derrière l'amitié qui semblait lier les trois garçons se cachent des secrets insoupçonnés...

  • Ce coffret contient 2 films :
    - Les larmes de madame Wang :
    Artiste au chômage, Madame Wang vend des CD et des DVD au marché noir, à Pékin. Lorsque son mari, joueur invétéré, est envoyé en prison suite à une bagarre, elle retourne dans sa ville natale, dans la province de Guizhou. A la recherche d'un emploi, elle demande de l'aide à Youming, un ancien amant, qui lui suggère de devenir pleureuse professionnelle lors des cérémonies funéraires...
    - Trap Street :
    Dans une carrière d'exploitation en Chine a lieu un meurtre au couteau. La police ayant laissé le meurtrier s'échapper, le frère de la victime, Lao Tie, décide de partir sur ses traces, espérant au passage toucher une récompense qui lui permettra de payer une partie de ses dettes...

  • Ce coffret contient 2 films :

    - A Cappella :
    Han Gong-ju, une jeune lycéenne, est contrainte de changer d'établissement scolaire et d'emménager, pour un temps, chez la mère d'un de ses professeurs, tandis qu'une enquête policière suit son cours dans son quartier d'origine. N'ayant en apparence rien à se reprocher, Gong-ju pourra-t-elle échapper à son passé ?

    - Délinquant juvénile :
    Une étude de caractère subtile dans la lignée des 400 coups, La fureur de vivre et L'enfance nue.

  • "Rodolphe Burger est un musicien libre, complexe mais accessible, sans tabous, il se mélange aux autres sans jamais se perdre en route. C'est un homme qui partage tout, y compris la scène. Y compris ses amis et ils sont nombreux, poètes, écrivains, rockers, peintres et philosophes... Rodolphe Burger a un grand pouvoir, il peut vous transformer en musicien ou en artiste même quand vous ne l'êtes pas, et vous rejoignez ainsi sa famille. Son talent est unique, essentiel." Patrick-Mario Bernard.

  • Entremêlant fiction et documentaire, Death in the Land of Encantos suit plusieurs personnages dans les paysages et les villages dévastés de la région de Bicol aux Philippines, au sud de l'île de Luçon, suite au passage du typhon Durian en 2006 : un poète engagé, Benjamin Agusan, revient dans sa région natale, après des années d'exil en Russie, pour y chercher le corps de ses proches et parents. Il y retrouve ses amis d'enfance, les artistes Catalina et Teodoro, mais également les fantômes du passé...

  • Shadow days

    Pour échapper à un passé trouble, Renwei revient en compagnie
    de sa fiancée dans son village natal, dont son oncle est le
    maire, après 20 ans d'absence. Situé dans les montagnes à la
    frontière de la Chine et de la Birmanie, le village de
    Zhiziluo a bien changé et s'est vidé de ses habitants, la
    plupart étant partis tenter leur chance en ville. Manquant de
    bras, l'oncle de Renwei propose à ce dernier de travailler
    pour le planning familial... Bien que la politique chinoise de
    l'enfant unique ait été récemment changée, passant d'un à deux
    enfants par famille, les conséquences de sa mise en oeuvre ont
    laissé des séquelles inimaginables. Venu du documentaire, Zhao
    Dayong passe à la fiction avec SHADOW DAYS, présenté au
    Festival de Berlin. Levant le voile sur des années
    d'endoctrinement bureaucratique, il livre une vision critique
    de la société chinoise contemporaine qui s'inscrit dans la
    lignée de cinéastes comme Jia Zhangke. Un film coup de poing
    d'une précision troublante, à mi-chemin entre la chronique
    rurale, le film noir politique et le conte fantastique.

  • Retrouvez trois films de cinéma engagé de Fernand Melgar : Vol spécial, La forteresse et Album de famille.

  • Septuagénaires paisibles vivant non loin de Hambourg, Gretel et Malte ont vécu les années soixante de manière très engagée, au point d'être fichés et surveillés par les autorités suisses, à l'époque où Malte enseignait à l'université. Couple indépendant, ils s'autorisaient par ailleurs ouvertement des aventures extra-conjugales tout en menant une vie de famille ordinaire et unie, forte de trois enfants ! Jusqu'au jour où, le soir du réveillon de Noël, Gretel sert en guise de repas une simple soupe et oublie les cadeaux... David, le benjamin, décide alors de faire un film pour faire durer les souvenirs le plus longtemps possible...

  • Le 25 novembre 1970, un homme se donne la mort dans le quartier général du commandement de l'armée japonaise à Tokyo, geste qui va durablement marquer le pays du soleil levant. Il laisse derrière lui une longue liste de chefs-d'oeuvre littéraires et une controverse qui ne s'est jamais éteinte. Cet homme s'appelait Yukio Mishima, un des romanciers les plus célèbres et les plus respectés du Japon. Quelques heures auparavant, avec quatre membres de son armée personnelle, le Tatenokai, Mishima avait pris en otage le commandant du quartier général. S'adressant aux soldats rassemblés dans la cour, il leur demanda de l'aider à renverser le régime et restaurer le pouvoir de l'Empereur. Lorsque pour toutes réponses il ne reçut que des insultes, il interrompit son discours, se retira dans le bureau du commandant et choisit de commettre le seppuku, le suicide rituel du samouraï. Que voulait exprimer Mishima à travers ses derniers actes ? Quel était le sens de son action et comment des centaines d'étudiants en sont-ils venus à s'engager à ses côtés ?

  • Au service d'une famille bourgeoise depuis quatre générations, Ah Tao vit seule sous le même toit que Roger, le dernier héritier, qu'elle continue de materner, toujours aux petits soins. Producteur de cinéma, celui-ci dispose de peu de temps pour elle. Jusqu'au jour où Ah Tao tombe malade...

  • Ce coffret contient 2 films :
    - Suneung :
    Yujin, élève de terminale promis à un avenir brillant, est retrouvé assassiné. Très rapidement, les soupçons se portent sur June, l'un de ses camarades de classe. Mais en remontant le fil des événements, c'est un univers d'ultra-compétition et de cruauté qui se fait jour au sein de ce lycée d'élite, où la réussite au " Suneung ", l'examen final qui conditionne l'entrée des élèves dans les meilleures universités, est une obsession. Pour obtenir la première place, certains sont prêts à tout, et même au pire.
    - La frappe :
    Ki-tae, Dong-yoon et Hee-june (surnommé "Becky") sont inséparables depuis le collège. Mais un jour, l'un d'eux décède dans des circonstances mystérieuses. Le père du garçon, pris de remords à l'idée de ne pas avoir pu le sauver, décide de trouver les raisons qui se cachent derrière la mort de son fils et va à la rencontre de ses camarades de lycée. Il découvre peu à peu que derrière l'amitié qui semblait lier les trois garçons se cachent des secrets insoupçonnés.

  • Trap Street

    Vivian Qu

    Li Qiuming est stagiaire dans une entreprise de cartographie numérique à Shanghai. Il doit relever les changements intervenus dans les rues afin de mettre à jour le système. Pour joindre les deux bouts, il travaille également "au noir", en installant des caméras vidéos dans des lieux publics et privés, pour le compte de clients dont il ne connait pas l'identité. Un jour, lors d'un relevé cartographique à un carrefour, son attention se porte sur une belle jeune femme qui disparait dans une rue isolée. Il s'aperçoit que cette rue ne figure pas sur les cartes et n'est pas répertoriée par le GPS, comme si elle n'avait jamais existé...

  • A l'âge de 3 ans, Owen Suskind, le fils du journaliste Ron Suskind, cesse abruptement de parler et est diagnostiqué autiste. Mais au fil des années, les parents d'Owen découvrent qu'il mémorise tous les dialogues des films d'animation Disney, qu'il regarde inlassablement, et prennent conscience que ces films permettent à leur fils d'exprimer des pensées. La famille Suskind multiplie alors les contacts avec Owen, en s'appuyant sur les dialogues des films et en mimant des personnages. C'est le fondement de ce que l'on désigne sous le terme d'"affinity therapy" : "Au lieu de le forcer à entrer dans notre monde, nous sommes allés dans le sien", explique Ron. Arrivé à l'âge adulte, Owen a ainsi fait des progrès extraordinaires en communiquant grâce à ses films d'animation préférés.

  • Une île rocailleuse baignée de soleil, époque indéfinie, un
    ailleurs. Un corps s'échoue sur la plage. C'est celui de
    Kaspar Hauser, prince héritier mystérieusement volatilisé à
    l'enfance. Ce corps réanimé qui refait surface semble avoir
    perdu l'esprit. Son apparition trouble la routine insulaire.
    Qui est Kaspar Hauser ? Un souverain, un idiot, un imposteur ?
    Inquiète, la Grande Duchesse de l'île appelle à la rescousse
    son amant, Pusher, dealer et tueur à gage. Inconscient de la
    menace qui pèse sur lui, l'étrange garçon apprend la vie
    auprès du Shérif... un ancien DJ qui voit en lui le nouveau
    Messie. Film hors des sentiers battus, OVNI cinématographique,
    La légende de Kaspar Hauser est une pièce nouvelle, et sans
    conteste maîtresse, sur l'échiquier du cinéma électronique.
    Pulsés par la musique hypnotique de VITALIC, les corps de
    l'égérie italienne Elisa Sednaoui, de l'imprévisible Vincent
    Gallo et de l'androgyne Silvia Calderoni réinventent une danse
    endiablée, un hymne à la vie sans concession !

  • Prud'hommes

    Stéphane Goël

    Licenciements, absentéisme, harcèlement, burn out, heures supplémentaires non payées, congés "oubliés", insultes ou écarts de conduite : le monde du travail est en crise ! Chaque année des centaines de milliers de conflits sont traités devant le Conseil de Prud'hommes, une juridiction spécifique qui règle les conflits de travail entre employeurs et salariés. Cette cour est un baromètre social révélateur, bruissant de récits, de petits et de grands drames. Les "Prud'hommes" cristallisent les tensions, les souffrances et les révoltes qui traversent un monde du travail en pleine mutation. L'action de Prud'hommes se déroule en Suisse, mais aurait pu être filmée en France, les enjeux sur le fond étant toujours les mêmes : obtenir réparation d'un préjudice subi dans le cadre de son travail, l'exemple suisse nous permettant d'autant mieux d'éprouver les interrogations de forme que se pose (ou non) le système français depuis plusieurs années. Entre les salles d'audience, l'Inspection du Travail et les antennes syndicales, à travers une mosaïque de récits et de parcours de vie, moments cocasses et émouvants se succèdent, nous plongeant au coeur d'une véritable comédie humaine, reflet de la société d'aujourd'hui.

empty